Des artistes donnent des couleurs à la Maison de la Radio

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/08/2016 à 18H28
Romain Froquet fait partie des 8 artistes en charge de ce projet.

Romain Froquet fait partie des 8 artistes en charge de ce projet.

© capture d'écran France 3 / Culturebox

La Maison de la Radio change de tenue et prend des couleurs jusqu’au 31 octobre. À l’occasion du lancement de la saison culturelle et radiophonique de de la saison 2016-2017, huit artistes de street-art habillent la façade vitrée de la maison ronde.

À coups de pinceau, de bombe de peinture ou de rouleau, les 8 artistes missionnés pour redessiner les façades de la Maison de la Radio  jouent avec leur style urbain. Pour ce travail, Radio France a sollicité l’association "Art Azoï", qui œuvre pour promouvoir et diffuser la création artistique dans l’espace public.

Une double lecture

Sur les vitres, les huit artistes expriment leur art, chacun à sa manière. Pour Romain Froquet, c’est la peinture à main levée, un travail d’extérieur mais pas seulement. "Travailler sur du verre, ça amène déjà la superposition des couches de peintures. Et puis il y a une première fresque visible de l’extérieur mais également tout un univers à découvrir de l’autre côté de la vitrine", explique-t-il.

Question surface, les artistes sont servis. En effet, l’œuvre est réalisée sur six mètres de haut et cent mètres de longueur. Tarek Bendaoum utilise lui la calligraphie pour remplir cet espace. Un travail influencé par Jim Morrison. "C’est un emblème musical et un auteur qui me plaît de par ses poèmes et ses chansons", souligne-t-il.

Reportage : D. Morel / Y. Dewulf / S. Wislin

https://videos.francetv.fr/video/NI_787119@Culture


Une démarche collective

Orchestré par l’artiste Lek et l’association "Art Azoï", l’art pictural et urbain est présenté pour tous les regards. Ici pas de message unique mais plutôt une démarche collective. "Les artistes ont des styles radicalement différents chacun d’entre eux, même s'ils viennent tous de l’école de la rue. Donc c’est plutôt réussir à travailler collectivement sur un support inédit", mentionne Elise Herszkowicz, directrice de l’association. Avec le travail des pleins et des vides, les artistes transforment peu à peu les façades de la Maison de la Radio et rappellent les moucharabiehs traditionnels des pays arabes, ces panneaux ajourés pour laisser passer l’air, sans le soleil.

Les vitres colorées de la Maison de la Radio sont à découvrir jusqu’au 31 octobre dans le 16e arrondissement de Paris.