De la prison à la rue : le street art prend ses quartiers à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/02/2014 à 11H34
La vogue du street art à Paris

La vogue du street art à Paris

© France 3 / Culturebox

Qu'ils s'appellent Ernest Pignon-Ernest ou qu'ils officient en anonyme, les street artistes sont aujourd'hui reconnus voire cotés sur le marché de l'art. Autrefois monochromes, les murs des grandes métropoles sont désormais habillés de couleurs et de signatures donnant aux villes un visage en perpétuelle évolution. Paris n'échappe pas au phénomène street art.

Reportage : M. De Bohan / P. Lassus / JM. Levasseur / N. Gallet  

https://videos.francetv.fr/video/NI_142163@Culture

Bannis autrefois des villes, effacés systématiquement des façades, chassés par des brigades très spéciales, les graffitis prennent aujourd'hui une autre dimension dans les villes

Certaines cités font appel à des graffeurs renommés comme M.Chat de Thoma Vuillé, d'autres organisent des événements qui prennent leur ampleur dans toutes les rues de Niort avec le festival "Le 4e mur". 

Issue de la culture urbaine, cette forme d'art née au Etats-Unis et  englobe plusieurs disciplines, tels le graff, le pochoir, la mosaïque ou les stickers. Art éphémère par excellence, les artistes ne cherchent pas une reconnaissance particulière. Longtemps poursuivis par des brigades anti-graff, ils officient bien souvent la nuit et sortent couverts. 

Reste, que certains artistes sont aujourd'hui rattrapés par l'ombre du mercantilisme et certaines oeuvres sont vendues à prix d'or. En témoigne l'exemple de Banksy dont les murs s'arrachent.
 

https://videos.francetv.fr/video/NI_138489@Culture

Les peintures murales qui parent les murs des immeubles nous parlent de sujets d'aujourd'hui porteurs d'un message poétique ou rebelle, ils signent un état sociétal à l'heure H comme le faisaient déjà les hommes des cavernes.

Dans les années 80 l'artiste Ernest Pignon-Ernest fait fleurir sur les murs le visage d'Arthur Rimbaud.  

Arthur Rimbaud par Ernest Pignon-Ernest

Arthur Rimbaud par Ernest Pignon-Ernest

© PHOTONONSTOP / AFP


Considéré comme l'un des initiateurs de l'art urbain en France,  il décrit ses oeuvres comme une manière de saisir l'essence d'un lieu. Il s'inspire de l'histoire des divers endroits, de la lumière et de l'espace. Il s'approprie les rues de Naples, Soweto, Ramallah ou encore Alger. Le travail de mémoire qu'il effectue à la prison Saint-Paul de Lyon avant la destruction de celle-ci était une plongée dans une période noire de l'Histoire française. Lieu d'enfermement et de violence, la prison Saint-Paul a connu de nombreux drames humains. Elle voit au moment de la seconde guerre mondiale des résistants et des juifs enfermés et exécutés en ses murs. En septembre 2012 Ernest Pignon-Ernest leur a rendu hommage.
 

Le thème du suicide est très présent dans l'oeuvre d'Ernest Pignon-Ernest

Le thème du suicide est très présent dans l'oeuvre d'Ernest Pignon-Ernest

© DR


Une partie de son travail sur les "Prisons" est aujourd'hui exposée à la galerie Lelong à Paris 
13 rue de Téhéran dans le 8e arrondissement jusqu'au 15 mars.