"CoeXisT", le vivre ensemble selon Combo à l'Institut du Monde Arabe

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/01/2016 à 16H39
Exposition CoeXisT de COMBO à l'IMA

Exposition CoeXisT de COMBO à l'IMA

© France 3 / capture d'écran

Après avoir soutenu le street artiste Combo pour sa campagne d'affichage participative qui appelait à la paix et la tolérance entre les religions l'an dernier, l'Institut du Monde Arabe lui ouvre ses portes aujourd'hui. C'est pour commémorer des grandes marches républicaines après les attentats de janvier 2015 que l'IMA a invité l'artiste engagé à présenter l'exposition CoeXisT jusqu'au 6 mars.

Reportage : C. Carrasqueira / M. Genevois / E. Riou

https://videos.francetv.fr/video/NI_603565@Culture

Le 31 janvier 2015, COMBO, le street artiste engagé collait une affiche de lui-même, photographié en djellabah et portant une barbe auprès du mot "CoeXisT". Une intitiative qui lui vaudra d'être roué de coups par quatre individus hostiles à cette fraternisation, qui lui réclameront de faire disparaître son oeuvre. Mais sans succès, le militant ne pliera pas et son oeuvre est, depuis, devenue un véritable étendard, symbole de paix et du vivre ensemble. 

Son père est franco libanais (chrétien) et sa mère marocaine (musulmane). Après son agression à Paris, Combo a bénéficié du soutien du président de l'Institut du Monde Arabe, Jack Lang. D'où la volonté de poursuivre cet échange à travers l'exposition CoeXisT. 

Un croissant, une étoile de David, une croix

C'est après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher que l'artiste militant a créé "CoeXisT" représentant un croissant musulman pour le C, une étoile de David pour le X et une croix chrétienne pour le T afin de rassembler les religions et apaiser les tensions. "Le message à ce moment là était de créer du lien ; un lien qui avait été brisé par les attentats. Il y a eu des actes antisémites, islamophobes et beaucoup de gens allaient penser que les musulmans étaient des terroristes. Il fallait rappeler que les musulmans ou les arabes, peu importe comment on les appelle maintenant, sont des Français comme tout le monde" explique-t-il.
 
Coutumier du genre, toujours déterminé à provoquer et susciter des réactions, Combo  n'en est pas à son premier coup d'essai. A travers ses expressions artistiques il n'hésite pas à dénoncer la censure chinoise en collant des pages Google interdites dans les rues de Hong Kong ou fixer des affiches vantant l'énergie nucléaire dans la zone interdite de Tchernobyl pour le premier anniversaire de l'accident de la centrale de Fukushima.    

Interpeller les consciences

L'exposition CoeXisT que "Combo Culture Kidnapper" présente à l'IMA jusqu'au 6 mars 2016 perpétue cette volonté d'interpeller les consciences et d'interroger le spectateur sur ce qui peut mettre à mal le "vivre ensemble" et bouleverser tous les principes de la laïcité. Une grande partie de ses oeuvres, dont des peintures dénonçant le sort des réfugiés ainsi que dessins, photographies et installation invitent à la réflexion, au  dialogue, et au "bien vivre ensemble".