"Art liberté", street art et foot font le mur au siège du LOSC

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/03/2016 à 12H17
Des fragments du Mur de Berlin mais aussi trois Trabant, voiture emblamétique de l'ex-RDA, ont été décorés par des artistes de street art

Des fragments du Mur de Berlin mais aussi trois Trabant, voiture emblamétique de l'ex-RDA, ont été décorés par des artistes de street art

© France 3 Culturebox

Le point commun entre street art et foot ? Tous deux sont nés dans la rue. Un lien qui est à l’origine de l’exposition "Art liberté" proposée au domaine de Luchin, le centre d’entraînement et de formation du LOSC. Jusqu’au 29 mai, trente fragments du mur de Berlin décorés par des artistes de street art sont exposés dans ce lieu qui ouvre exceptionnellement et gratuitement ses portes au public.

Si le foot business et ses excès en tout genre nous donne parfois la nausée, cela ne doit pas faire oublier les racines populaires d'un sport universel qui sait fédérer les énergies. De même, si le street art entre aujourd’hui au musée et atteint des records dans les ventes aux enchères, il n’en reste pas moins un formidable outil d’expression, décalé et ouvert à tous.

D’où l’idée du président du LOSC (pour les néophytes du ballon rond : L’Olympique Sporting Club de Lille) Michel Seydoux : rassembler sur le domaine de Luchin ces deux cultures populaires en accueillant l’exposition itinérante Art Liberté qui a déjà fait escale à Chartres et à la Gare de l’Est à Paris. 

Reportage : F. Mabille / S. Rosenstrauch / M. Graff

https://videos.francetv.fr/video/NI_663231@Culture

L’exposition "Art Liberté" a vu le jour grâce à à Sylvestre Berger. En 2014, cet ancien Administrateur général du Musée du Luxembourg puis du Sénat qui est aussi collectionneur, achète trente parcelles de 1,20 m par 1m du Mur de Berlin à l’occasion du 25e anniversaire de sa chute. Il demande ensuite à 30 street-artistes de les peindre. Parmi eux, on retrouve des artistes "historiques" dont Thierry Noir, Christophe-Emmanuel Bouchet et l’Allemand Kiddy Citny qui furent les premiers à peindre des fresques sur ce mur érigé en 1961.
La fresque collective de Thierry Noir, Christophe-Emmanuel Bouchet et Kiddy Citny 

La fresque collective de Thierry Noir, Christophe-Emmanuel Bouchet et Kiddy Citny 

© France 3 Culturebox
Les trois compères ont réalisé ensemble une grande fresque qui va désormais faire partie du site puisque peinte sur un des murs du Centre. Un autre a reçu l'inspiration et les coups de pinceaux du Brésilien L7M et de l’Australien JimmyC.
La fresque de Jimmy C et LM7

La fresque de Jimmy C et LM7

© France 3 Culturebox
A l’instar de ces deux fresques, certaines œuvres ont été spécialement crées pour l’exposition au LOSC comme celle de C215, qui a réalisé un portrait d’Eden Hazard, un footballeur international belge formé au club lillois.
Le portrait d’Eden Hazard signé C215

Le portrait d’Eden Hazard signé C215

D’autres artistes ont voulu rendre hommage à Berlin, "vivier" culturel : Le lillois Jeff Aérosol a réalisé le portrait de David Bowie et Iggy Pop, pendant que Jimmy C a peint Lou Reed, hommage à son album baptisé"Berlin" (1973).