Une Vierge à l'Enfant volée il y a 40 ans de retour au musée des Beaux-Arts de Chambéry

Publié le 26/07/2018 à 14H15
La sculpture en bois de Vierge à l'enfant, de retour à Chambéry

La sculpture en bois de Vierge à l'enfant, de retour à Chambéry

© France 3/ Culturebox

Elle avait été volée il y a 40 ans dans l'oratoire situé près de la maison de Jean-Jacques Rousseau ! Une sculpture de Vierge à l’Enfant retrouvée par hasard par un carabinier italien a retrouvé sa place à Chambéry. Depuis le 24 juillet, l’œuvre est exposée au musée des Beaux-Arts de la ville.

Une vierge en bois peint du 18e siècle, réalisée par un sculpteur inconnu, d’une valeur de moins de 10 000 euros... A première vue cette Vierge à l’Enfant n’a rien d’exceptionnel. Son retour au musée des Beaux-Arts de Chambéry était pourtant attendu avec ferveur. Et pour cause ! La Vierge s'était volatilisée il y a 40 ans. Et c'est un carabinier italien qui a retrouvé sa trace, presque par hasard. 

Reportage S.Pellerin, G.Lespinasse, P.Conte, A.Danerol, G.Neyret France 3 Alpes

https://videos.francetv.fr/video/NI_1270615@Culture

Volée il y a presque quarante ans 

Initialement, la Vierge occupait le fronton d’un hospice du 17ème siècle. Classée au titre des monuments historiques en 2011, elle est entreposée dans l’oratoire du musée Jean-Jacques Rousseau de Chambéry. C’est ici qu’elle est volée durant l’été 1979. Presque quarante ans après, elle revient dans sa ville d’origine, pour le plus grand bonheur des habitants.

C’est très émouvant parce que c’est rare de retrouver une œuvre volée. 

Caroline Bongard, Directrice des musées de la ville de Chambéry

Retrouvée lors d'un simple contrôle

En 2016, à 700 kilomètres de Chambéry, la statue est retrouvée à Udini, en Italie. Chez un antiquaire, le capitaine Lorenzo Pella, carabinier spécialisé dans la protection du patrimoine culturel, repère la Vierge. Il n'a pas encore idée de l'importance de sa découverte : "Cet objet magnifique repéré lors d’un simple contrôle administratif, comme nous en effectuons tout le temps, correspondait à un objet volé", explique-t-il. L’antiquaire italien avait acheté la sculpture aux enchères en Autriche. Le mystère demeure sur la façon dont la Vierge s’est rendue jusque là. Aujourd'hui, elle est, espère-t-on, sous bonne protection dans la salle des collections italiennes du 18e siècle, au musée des Beaux-Arts de la capitale savoyarde.