"POINT QUARTZ Flower of Kent", un jardin de céramiques à la Villa Arson à Nice

Par @Culturebox
Publié le 20/06/2017 à 16H43
Au premier plan de la photo, "Grande vague pour Palissy", Johan Creten, 2006-2011

Au premier plan de la photo, "Grande vague pour Palissy", Johan Creten, 2006-2011

© Loïc Thebaud / Villa Arson Nice

A Nice, les oeuvres en céramique d'une vingtaine d’artistes ont investi la Villa Arson. L’exposition "POINT QUARTZ Flower of Kent" est pensée comme un jardin. Avec des parterres qui prennent la dimension d'un paysage.

"POINT QUARTZ Flower Kent" rassemble sur 300 m2 le travail de plasticiens spécialistes de la céramique. Des sculptures horizontales et verticales qui invitent le visiteur à déambuler dans un jardin imaginaire où la céramique se présente dans tous ses états, de la terre arable à la terre cuite.
 
Reportage : H. France / Y. Fournigault / N. Brancato

https://videos.francetv.fr/video/NI_1021055@Culture


"POINT QUARTZ Flower Kent", un nom ambigu qui mérite quelques explications. Le titre de l’exposition fait notamment référence à la délicate étape qui transforme l’argile en céramique, à 573°.
 
Les pièces horizontales de Bertrand Lavier, Dave Ball, Gladys Clover et d'autres, plantent le décor. Le visiteur se balade entre les œuvres comme dans un jardin. Ces sculptures reposent sur un carrelage de faïence blanche qui craque sous les pas du public, comme dans un paysage enneigé.

On va marcher sur cette neige et on laisse sa trace.

Frédéric Bauchet, commissaire de l’exposition 
Au premier plan, "Snapdragon" de Marvin Gaye Chetwynd , 2017

Au premier plan, "Snapdragon" de Marvin Gaye Chetwynd , 2017

© Loïc Thebaud / Villa Arson Nice


L’attraction provoquée par la pesanteur terrestre est également au cœur de cette exposition. Les œuvres verticales semblent attirées irrémédiablement vers le sol. C’est notamment le cas du paysan de Jules-Aimé Dalou (1838-1902) en grès de Sèvres qui penche ou encore de l'eau de la fontaine des "Chevelures de Vanda" de Natacha Lesueur qui se déverse sur le sol. Une promenade artistique au milieu d'un jardin plus qu'extraordinaire à faire jusqu'au 17 septembre 2017. 

En bas, à gauche, "Les Chevelures de Vanda" de Natacha Lesueur, 2013, au centre "Autoportrait en forme de grotte" de Elsa Sahal, 2005. 

En bas, à gauche, "Les Chevelures de Vanda" de Natacha Lesueur, 2013, au centre "Autoportrait en forme de grotte" de Elsa Sahal, 2005. 

© Loïc Thebaud / Villa Arson Nice