Le buste de Jules César reproduit en 3D, star du musée de l'Arles antique

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/02/2018 à 11H36, publié le 08/02/2018 à 11H08
Grâce à la magie de l'imprimante 3D, Jules César reprend vie.

Grâce à la magie de l'imprimante 3D, Jules César reprend vie.

© France 3 / Culturebox

Depuis quelques années, la révolution 3D a fait son entrée au musée. Les oeuvres numérisées grâce à des scanners très haute définition sont ensuite imprimées en 3D à des fins pédagogiques, scientifiques et même commerciales. Le musée départemental Arles antique l’a bien compris : ses répliques du buste de Jules César se vendent comme des petits pains.

Reportage : H. Bouye / M. Mouamma / A. Boi

https://videos.francetv.fr/video/NI_1180109@Culture

Jules César superstar. De toutes les couleurs, de toutes les tailles et dans les matières les plus diverses, le célèbre buste antique retrouvé lors de fouilles dans le Rhône en 2007, est aujourd’hui un best-seller pour le musée départemental Arles antique. Réalisées par une entreprise locale spécialisée dans les imprimantes 3D, ces statuettes à la Andy Warhol sont le fruit d’une technologie qui révolutionne l’archéologie et la conservation des oeuvres d’art.
Outre la possibilité pour les visiteurs de rapporter chez eux un peu d’histoire, la technologie 3D permet de restituer une oeuvre à l’identique. Plus précis qu’une simple photographie 2D, le scan en trois dimensions permet de capturer tous les détails de l’artefact scanné. Des documents numériques précieux pour l’étude et l’échange de données avec des musées internationaux concernant des objets ou des sites archéologiques.
Le buste de Jules César, l'original.

Le buste de Jules César, l'original.

© France 3 / Culturebox
Mais la possibilité la plus spectaculaire qu’offre la 3D est bien sûr la réplique à l’identique d’objets d’arts. Des copies conformes réalisées grâce à des imprimantes 3D et qui permettent aux chercheurs ou même aux visiteurs de manipuler des œuvres sans en altérer l’intégrité. Un outil pédagogique précieux qui sert également désormais aux restaurateurs. Dans le cas d’œuvres abîmées, la technologie permet d’extrapoler et de recréer les pièces manquantes.

Dans quelques mois, les visiteurs du musée Arles antique pourront constater l’incroyable efficacité de la 3D. Pendant plusieurs mois, c’est en effet une réplique du buste de Jules César réalisée en marbre à l’aide d’une imprimante qui sera exposée. L’original lui, sera visible au musée d’art et d’histoire de Genève.