Bretagne : la Vallée des Saints fête l'arrivée de sa centième statue

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 28/07/2018 à 17H13, publié le 28/07/2018 à 16H58
L'arrivée du cortège de la statue de Saint Piran à Canoët, dans les Côtes-d'Armor, le 27 juillet 2018

L'arrivée du cortège de la statue de Saint Piran à Canoët, dans les Côtes-d'Armor, le 27 juillet 2018

© Fred Tanneau / AFP

Dix ans après son inauguration à Carnoët (Côtes-d'Armor), la Vallée des Saints a accueilli vendredi en triomphe son centième géant de granit. Précédé par un bagad, le cortège s'est avancé sur la colline avec le soutien d'une cohorte de puissants chevaux de trait breton. Cernée par la foule, la statue en pierre, lourde de 5 tonnes et longue de plusieurs mètres, reposait dans une grande remorque.

En pleine campagne bretonne, près d'une motte féodale, la Vallée des Saints a déjà rassemblé, en dix ans d'existence, une centaine de géants de granit. Le dernier arrivé, vendredi, est Saint Piran, patron des Cornouailles britanniques.

"Dix ans pour un projet comme ça, c'est l'enfance, l'âge où on a encore des rêves", commente auprès de l'AFP Philippe Abjean, le concepteur de ce projet pharaonique qu'il imagine comme une île de Pâques au cœur de la Bretagne. "L'île de Pâques a un peu moins de 900 moaï (le nom donné aux statues monumentales à tête humaine de cette île, NDLR) mais nous en aurons au moins un millier", assure-t-il, rappelant que chaque œuvre est financée par des dons privés.

Départ du Royaume-Uni, puis 57 jours de périple en Bretagne

Partie début mai de Falmouth, au sud-ouest du Royaume Uni, la sculpture de cinq tonnes a traversé la Manche à bord d'un ancien voilier de travail, "La Nébuleuse", jusqu'à Paimpol. Depuis le port breton, elle a progressé étape par étape en train à vapeur ou installée sur une charrette tirée par des chevaux ou un tracteur selon les circonstances, pour un périple de 57 jours à travers le centre Bretagne au cours duquel elle a accompagné de nombreuses festivités dans les villages traversés.

Deux heures avant d'arriver à Carnoët, à Plourac'h (Côtes-d'Armor), 370 habitants, toute la commune semblait dans la rue quand Saint Piran s'est arrêté vendredi après-midi devant la très belle église du XVe siècle. Jeunes ou anciens se pressaient autour de la buvette tandis qu'enfants et adultes multipliaient les selfies devant la statue. Après un court discours du maire, le cortège s'est ébranlé, escorté cette fois par une trentaine de motards tout sourire.
Le sculpteur breton Stéphane Rouget supervise le transport de la statue Saint Piran, patron de Cornouailles, lors de son arrivée à Plourac'h, le 27 juillet 2018

Le sculpteur breton Stéphane Rouget supervise le transport de la statue Saint Piran, patron de Cornouailles, lors de son arrivée à Plourac'h, le 27 juillet 2018

© Fred Tanneau / AFP

Une statue réalisée en granit de Cornouailles

Saint Piran a été réalisé en granit extrait de la carrière de Carnsew (Cornouailles) qui produit une pierre aux grains gris argentés, veinée de marron. La statue a été sculptée par le Cornouaillais David Paton et le Breton Stéphane Rouget. Elle devait être dressée samedi sur son socle, au milieu du champs de sculptures monumentales.

Cette "Traversée des géants" est une première : chaque année, la statue géante d'un saint breton sera sculptée dans l'un des pays celtiques et traversera la Manche pour rejoindre sa fratrie de pierre. "Cette traversée rappellera symboliquement celle des moines venus d'Outre-Manche pour rejoindre l'Armorique entre le IVe et le VIIe siècle", décrypte Philippe Abjean.

La Vallée des Saints, dont l'accès est gratuit, a accueilli 330.000 visiteurs en 2017. "En 2018, on va certainement dépasser les 400.000", estime Philippe Abjean, confiant. "Mais ce qui compte, ce n'est pas le nombre, c'est que ce projet réveille quelque chose chez les visiteurs."

Une école de sculptures monumentales ouverte en 2019

En 2019 doit s'ouvrir sur le site la première école européenne de sculptures monumentales. À l'exception de Saint Piran, toutes les œuvres ont été réalisées sur place en travaillant des blocs de granit provenant des différentes carrières de Bretagne, par des sculpteurs français ou étrangers, ce qui donne à chacune un caractère différent.

Deux jours de festivités sont prévus à la Vallée des Saints, un projet dont la création et le développement constituent une source d'activités dans une région qui souffre économiquement et se dépeuple.

Vendredi soir, plus de 300 personnes étaient réunies pour un repas. Parallèlement, à l'image du site, se déroulait un fest-noz géant, avec des couples de chanteurs et sonneurs (musiciens, ndlr) renommés...