Pourquoi les dinosaures affolent monstrueusement les enchères

Mis à jour le 19/11/2018 à 16H57, publié le 19/11/2018 à 16H10
Le squelette d'un allosaurus à gauche et un squelette de camptosaurus

Le squelette d'un allosaurus à gauche et un squelette de camptosaurus

© Artcurial

Ils fascinent les amateurs d'art contemporain. Depuis une dizaine d'années, les squelettes de dinosaures s'arrachent à prix d'or lors des ventes aux enchères. A Paris le mercredi 21 novembre, des acheteurs vont se disputer un allosaure et un camptosaure.

L’un est carnivore et pouvait peser jusqu’à 2 tonnes, le second est herbivore et pouvait mesurer jusqu’à 7 mètres de long. Pour la première fois, Artcurial met aux enchères deux dinosaures, un allosaure et un camptosaure, à l’occasion de la vente “histoire naturelle” du 21 novembre. Ces deux reliques du Jurassique supérieur, il y a 150 millions d'années, appartiennent à un collectionneur européen. Dans les salons de la célèbre maison de vente, la commissaire-priseur, Isabelle Boudot de la Motte renseigne les potentiels acheteurs : "Vous êtes devant quelque chose de très rare. Le camptosaurus est estimé entre 500 000 et 700 000 euros et l'allosaure entre 600 000 et 800 000." 

Reportage V. Gaget P. Denis, A.Reinhardt, R. Motte, R. Duvernay, D. Burel, J. Pires

Des squelettes fossilisés en provenance d'Amérique du Nord

Ces deux squelettes fossilisés ont été découverts aux États-Unis dans le Wyoming. Si on trouve des dinosaures partout sur la planète, c'est en Amérique du Nord qu'ils sont les plus nombreux et les mieux conservés. Les Américains baptisent la région entre le Montana et le Wyoming les "badlands", "les mauvaises terres" en français. Ce sont des zones où se trouvent des roches argileuses datant du Jurassique ou du Crétacé. Il y a des millions d'années, ce territoire était recouvert par une mer intérieure. Des zones humides donc, et riches en sédiments, une matière propice à la conservation des dinosaures. Les équipes de recherches, à 90% privées, fouillent ces terrains depuis des dizaines d'années. 
A Paris en avril dernier cet allosaure s'est vendu 1,4 millions d'euros. Dents et taxes comprises

A Paris en avril dernier cet allosaure s'est vendu 1,4 millions d'euros. Dents et taxes comprises

© France 3 culturebox

Une ruée vers l'os ?

Convoités par les musées mais aussi les collectionneurs privés en provenance d'Europe et depuis peu de Chine et de Russie, ces squelettes à vendre ne sont pas légions et sont adjugés un, voire plusieurs millions d'euros. Plus un squelette est complet, plus il vaut cher.

"I y a une compétition entre les grands collectionneurs européens et les nouveaux collectionneurs qui viennent de pays comme la Chine ou la Russie

Iacopo Briand
Expert consultant

Désormais on s'achète un dinosaure comme on s'offrirait une œuvre d'art. Un squelette dans un salon, pas mal non ?