Visa pour l’Image : Mohamed Abdiwahab interpelle le monde sur la Somalie

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/09/2015 à 16H51
Scène d'horreur à Mogadiscio.

Scène d'horreur à Mogadiscio.

© Abdiwahab / AFP / Visa pour l'Image

C’est une exposition extrêmement forte qui est proposée au public de "Visa pour l’Image", jusqu’au 13 septembre prochain. Le photographe somalien, Mohamed Abdiwahab, témoigne du quotidien de terreur et de pauvreté qui règne dans son pays. Attentats, famine, le peuple somalien souffre depuis près de 25 ans. Une exposition contre l’oubli.

Reportage : M.Tamon / M.Savineau / J-Y.Olivier

https://videos.francetv.fr/video/NI_487085@Culture

Mogadiscio, Somalie. En pleine rue, une bombe artisanale vient d’exploser. Une mère couchée par terre vient de perdre un enfant. L’autre est grièvement blessé. Ces scènes d’horreur, Mohamed Abdiwahab en est le témoin presque chaque jour. Depuis 2007, les Shebabs, terroristes islamistes proches d’Al-Qaida, font régner la terreur dans son pays comme au Kenya voisin.
 

Lutter contre l’oubli

Une violence quotidienne que le photoreporter à l’AFP refuse de voir banalisée. Cela fait 25 ans que la Somalie souffre. Les conflits successifs et une sécheresse sans précédent ont entrainé la famine dans son pays. Largement médiatisée dans les années 90 (on se souvient de Bernard Kouchner un sac de riz sur l’épaule, c’était en 1992), la crise somalienne semble aujourd’hui oubliée par l’Occident. Avec ses clichés, Mohamed Abdiwahab veut lui rafraichir la mémoire.
 
« La Somalie broyée », Mohamed Abdiwahab. Au Couvent des Minimes à Perpignan dans le cadre de "Visa pour l'Image" jusqu’au 13 septembre 2015. Entrée libre.

Pendant toute la durée du festival, France 3 Languedoc Roussillon réalise une page spéciale quotidienne.