Visa pour l’Image : le photojournalisme à l’affiche avec le collectif #Dysturb

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/09/2015 à 10H41
Le collectif #Dysturb s'affiche dans les rues de Perpignan.

Le collectif #Dysturb s'affiche dans les rues de Perpignan.

© France 3

A Perpignan pendant "Visa pour l’Image", la photo est partout, y compris sur les murs. Pour la deuxième année, le collectif #Dysturb colle des affiches grand format dans les rues de la ville pour rappeler au public combien le photojournalisme est essentiel pour la connaissance du monde. Un message universel à découvrir jusqu’au 13 septembre.

Reportage : L.Creusot / M.Tamon / J-Y.Olivier

https://videos.francetv.fr/video/NI_487089@Culture

#Dysturb : déranger, bousculer les consciences. C’est la mission que s’est fixée le collectif créé en mars 2014 par Pierre Terdjman et Benjamin Girette. Face à la crise que traverse leur profession, les deux photoreporters ont souhaité trouver un nouveau mode de diffusion des photos d’actualité. Aujourd’hui ce sont 300 photographes du monde entier qui ont rejoint leur mouvement.
 

Leur mission : informer

La nuit, armés d’un rouleau et d’un seau de colle, ces militants apposent leurs affiches grand format sur les murs de villes comme Paris, New York, Londres et aujourd’hui, Perpignan. Les images sont choisies en fonction de l’actualité : Irak, Syrie, Afrique… #Dysturb offre au public un autre regard sur le monde.

Jusqu'au 13 septembre, dans le cadre de "Visa pour l'Image" le collectif #Dysturb expose ses clichés dans les rues proches du Couvent des Minimes à Perpignan.

Et pour suivre le festival "comme si vous y étiez", France 3 Languedoc-Roussillon réalisechaque jour une page spéciale.