"Vasi pour l'image", le regard sur la Catalogne que n'a pas voulu "Visa..."

Publié le 04/09/2018 à 11H08
L'une des photos de l'exposition catalane à "Vasi pour l'Image" (détail)

L'une des photos de l'exposition catalane à "Vasi pour l'Image" (détail)

© France 3 Culturebox Capture d'écran

"Vasi pour l'image" a été créé à côté de "Visa pour l'Image" pour accueillir une expo que le "In" n'avait pas acceptée. "La revolta de les urnes" (la révolte des urnes) revient sur le combat de la Catalogne pour l'autodétermination. La proximité de Perpignan avec l'Espagne explique peut-être ce choix de Visa pour l’Image de ne pas relayer ce travail pourtant inscrit dans l'actualité.

Le 27 octobre 2017, le parlement de Catalogne proclamait unilatéralement la "République catalane", affirmant à la figure de l'Espagne son intention de parvenir à l'indépendance. Madrid considérant que cette généralité ne peut disposer que d'un statut d'autonomie a tout fait pour empêcher l'application de cette proclamation. Barcelone, ancien coeur battant des Républicains contre le régime franquiste a été le lieu d'une quai insurrection populaire.

C'est le récit photographique de ce mouvement, de 2010 à la veille de l'exposition, que "Visa pour l'Image" n'a pas sélectionné cette année. Les images de la série intitulée "La revolta de les urnes" (la révolte des urnes) sont pourtant accrochées à des cimaises perpignanaises, le thème vraiment d'actualité ayant été retenu par "Vasi pour l'Image", contre festival créé pour l'occasion par Jordi Vera. Le coordinateur général du mouvement Oui au Pays Catalan comblait ainsi un vide assez inexplicable. 

Reportage : France 3 Pays Catalan A. Cheron / J. Lopez / S. Fabre

Jean-François Leroy, patron de Visa pour l'Image n'avait pas jugé intéressantes les photos de Carles B. Gorbs et Dolors Gibert. "Je n’ai rien vu d’intéressant en dehors des photos des manifestations mais quarante photos de drapeaux ne font pas une expo" aurait-il déclarer pour justifier son refus .Au public d'en décider.