Sylvain Leser, photographe du Paris des sans-abri à L'Eglise Saint-Leu

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/01/2014 à 17H08
La grande misère au coeur de la Ville Lumière

La grande misère au coeur de la Ville Lumière

© France 3 Culturebox (capture vidéo)

Photographe, Sylvain Leser a passé cinq ans à sillonner Paris pour rencontrer les plus démunis. Ces clichés, d’une beauté terrible, émouvante et réaliste, sont exposés jusqu’au 20 janvier en l’Eglise Saint-Leu –Saint-Gilles à Paris (1er). Le photographe a aussi participé au tournage d’un documentaire intitulé « Au bord du monde » signé Claude Drexel, en salles le 22 janvier.

Reportage : Nicole Bappel, Pierre Lassus, Laurence Comiot

https://videos.francetv.fr/video/NI_141301@Culture

Neveu du photoreporter Gilles Caron, Sylvain Leser se définit lui –même comme un « autodidacte aventurier ». La photo, il l’a toujours aimée mais avant de s’y consacrer voilà trois ans, il a d’abord tutoyé la cime des arbres de Paris durant quinze ans en tant que Maître-Ouvrier Elagueur Bûcheron. Un jour, il est descendu de ses perchoirs naturels pour aller voir comment les hommes vivaient. En France et dans une quarantaine de pays. Il en a ramené des photos où l’humain est au premier plan, toujours.

Une rencontre avec le pasteur évangéliste hongrois Gàbor Ivànyi, qui vient en aide aux plus pauvres depuis 22 ans, va lui donner l’idée de ce reportage consacré aux sans-abris. Il la raconte ainsi : «  Au milieu de notre conversation concernant l’état des lieux de son pays, il me posa cette question: “Et chez vous comment ça va… ?”. Je lui répondis -trop vite-: “tout va bien ! ».

Non, tout ne va pas bien comme le montre ses photos qui racontent tout : la solitude, la peur, le repli sur soi, la honte, parfois la folie, le dénuement total, le tout avec comme décor celle qu’on surnomme « La Ville Lumière ».

Sylvain Leser - Sans abri © Sylvain Leser

Des photos et un film pour aller de l'autre côté

Dans la même veine, Sylvain Leser a également signé l’image du film « Au bord du monde", réalisé par Claus Drexel. Documentariste, il a aussi signé son premier long-métrage de fiction en 2008 avec  « Une affaire de famille » avec Miou-Miou et André Dussollier. Présenté à L’Eglise de Saint-Leu le 17 janvier avant sa sortie nationale le 22 janvier, « Au bord du monde » prend le parti de montrer des hommes et des femmes qui vivent à la fois dans Paris, mais hors du monde, ou juste à côté, derrière des barrières qui s’appellent la rue et la misère. 

Bande annonce "Au bord du monde"

Claus Drexel a filmé la nuit, et sans misérabilisme. « Les entretiens n'ont pas été menés sous forme d'interviews, mais comme de longues discussions entre amis » explique le documentariste sur le site internet du film. «  Du fait de cette intimité, les mots présents dans le film sont quelque chose de très précieux qui m'a été confié et dont je me sens désormais responsable. Avant d'être le réalisateur d'un film, je suis l'ambassadeur de ces paroles. C'est pourquoi ce film tient une place si importante dans ma vie et dans mon cœoeur". On comprend pourquoi en écoutant un extrait du film et ce témoignage, sobre et touchant :

Extrait "Au bord du monde"


"Les autres - Voyage au pays des sans-abri" photographies de Sylvain Leser jusqu'au 24 janvier en l'Eglise Saint-Leu-Saint-Gilles - 92, rue Saint Denis - Paris 1er
"A bord du monde" - Scénario : Claud Drexel - Image : Sylvain Leser - Son : Nicolas Basselin - Montage : Anne Souriau - Durée 1h38 - Sortie nationale  : le 22 janvier