Robert Capa à Bram, souvenirs d'exil des réfugiés espagnols

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 31/03/2014 à 15H43
Robert Capa - Réfugiés marchant sur la route entre Barcelone et la frontière franco-espagnole, 25-27 janvier 1939 

Robert Capa - Réfugiés marchant sur la route entre Barcelone et la frontière franco-espagnole, 25-27 janvier 1939 

© International Center of Photography / Magnum Photos

La maison des Essars de Bram propose jusqu’au 8 juin une exposition présentant 60 photos inédites de Robert Capa sur la guerre d’Espagne. Un événement fort pour cette ville de l’Aude où furent installés dès 1939 des camps destinés à accueillir les réfugiés espagnols. Certaines photos de Capa évoquent ce passé à la fois douloureux mais riche de valeurs humaines fondamentales.

Reportage : Stéphane Ratinaud, Guy Spica, Stéphane Janneau

https://videos.francetv.fr/video/NI_146657@Culture

Les photos exposées à la Maison des Essarts de Bram proviennent de la fameuse "valise mexicaine" retrouvée en 2007 avec à l'intérieur 4500 négatifs de la guerre civile, de la « Retirada » et des camps, le tout réalisé entre 1936 et 1939 par trois photographes : Gerda Taro, Chim (David Seymour) et Robert Capa qui fut l’un des premiers photographes à suivre le conflit dès 1936.

Un conflit dans lequel le photographe américain d'origine hongroise va s’investir passionnément, aux côtés des républicains au point de s’installer dès 1938 à Barcelone, menacée alors par l’avancée des troupes fascistes. Quand la ville tombe, Capa se mêle alors aux réfugiés (un demi-million) qui fuient leur pays pour aller vers la France, en traversant dans le froid et la neige les Pyrénées. Un grand exode que l’on nommera « La Retirada ». Mais quand ces réfugiés dénués de tout arrivent en France, rien n’a vraiment été prévu pour les accueillir. Des camps seront installés à la hâte à Argelès, Saint-Cyprien, Le Barcarès et à Bram où furent internés près de 17 000 réfugiés.
 
Des combats aux camps, le long calvaire des réfugiés espagnols

Puisées dans la collection d’œuvres issues des archives Capa de l’International Center of Photography de New York, les 60 photos exposées ont été réparties en trois séquences : « Combat s»  qui plonge le visiteur dans l’ambiance de la guerre d’Espagne ; « Exil », suit la longue errance des réfugiés sur les routes et la frontière entre la France et l’Espagne ; « Camps » montre des scènes de la vie quotidienne dans les camps des Pyrénées-Orientales et dans le camp de Bram où les conditions de détention étaient difficiles et précaires.

Pour compléter cette exposition, deux salles sont réservées à la diffusion en continu de films documentaires : "L’exode d’un peuple", un film de 35 minutes, réalisé en 1939 par Louis Llech, commerçant de Perpignan qui a filmé l’exode des républicains ;  "Mémoires de la Retirada", écrit par Véronique Moulinié et Sylvie Sagnes (toutes deux chercheuses au CNRS) et réalisé par Marie Chevais (2013) s'intéresse aux descendants des réfugiés espagnols.

"Capa, Exil 1939", à la Maison de Essars de Bram jusqu'au 8 juin - ouvert au public du 8 mars au 8 juin le mercredi de 11 heures à 18 h 30, du jeudi au dimanche de 13 heures à 18 h 30