"Manger à l'oeil" : le repas décortiqué en 265 photos au Mucem à Marseille

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/07/2018 à 16H26, publié le 20/07/2018 à 16H25
Expo "Manger à l'oeil" au Mucem

Expo "Manger à l'oeil" au Mucem

© BERTRAND LANGLOIS / AFP

Le repas de bébé, le déjeuner de mariage ou le pique-nique du dimanche : autant de rites culinaires des Français qui se perpétuent depuis deux siècles, exposés en 265 photos au Mucem à Marseille. L'exposition "Manger à l'oeil" met en parallèle l'évolution du patrimoine gastronomique et celle de la photographie.

Articulée autour d'une frise chronologique géante, l'exposition démarre par une reproduction d'une nature morte de Nicéphore Niepce photographiée en 1823 ("La table servie") et s'achève sur une courte vidéo de Thomas Mailaender "A table" (2018), filmant l'artiste en pleine dégustation... d'un tirage photo.

Au fur et à mesure des décennies, sur tous les clichés - professionnels et amateurs - racontant la "petite histoire" de France, se détachent deux éléments omniprésents : le vin et le pain, souligne l'une des commissaires, Floriane Doury. Le pain s'affiche par exemple beaucoup chez Willy Ronis, tranché et servi dans une corbeille sur la table de petits vacanciers voraces ("La colonie des Bernardoux", 1937) ou en baguette sous l'aisselle d'un enfant détalant, tout sourire, dans les rues de Paris ("Le Petit Parisien", 1952).
Exposition "Manger à l'oeil" au Mucem

Exposition "Manger à l'oeil" au Mucem

© BERTRAND LANGLOIS / AFP

De la marmite de pommes de terres au chariot du supermarché

"En près de deux siècles, on pourrait dire que rien n'a changé", décrit la plaquette de l'exposition. C'est l'impression que donne le "repas de bébé" filmé par Louis Lumière en 1895 : Auguste Lumière et sa femme nourrissent à la cuillère leur enfant installé dans une chaise haute, s'esclaffant à chaque éclaboussure ou gazouillis du bébé. Les enfants tiennent d'ailleurs une grande place dans l'exposition, des petits orphelins de guerre rassemblés autour d'une marmite de pommes de terre aux marmots des années 2000 se battant dans un chariot de supermarché. Les animaux s'invitent aussi : un chat qui grimpe sur la tablée familiale, un chien qui patiente sous la chaise de son maître ou un cheval qui s'empiffre devant un restaurant.

Mais la photo de table a aussi une portée sociologique, affichant côte à côte des tablées bourgeoises avec cigares et champagne et la soupe servie à même la marmite aux Halles au début du XXe siècle.

L'exposition revient aussi sur des temps forts de l'histoire de l'alimentation des Français, comme l'invention du bouillon-cube ou encore l'ouverture du premier McDonald's en France.

La photo aussi n'a cessé d'évoluer : "ce qui a vraiment révolutionné la photo de repas c'est l'arrivée du smartphone", remarque la commissaire Floriane Doury, "notamment le #foodporn qui est le plus utilisé sur instagram".