Les visages des femmes battues hantent la prison d'Amiens

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/11/2017 à 16H16, publié le 23/11/2017 à 14H34
La maison d'arrêt d'Amiens propose durant une semaine une exposition photos pour lutter contre la violence conjugale

La maison d'arrêt d'Amiens propose durant une semaine une exposition photos pour lutter contre la violence conjugale

© France 3 / Culturebox

A l'occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes prévue le 25 novembre 2017, la maison d'arrêt d'Amiens se mobilise aussi. Durant une semaine, la cour d'honneur et la rotonde exposent des images chocs de femmes victimes. Le but de cette action est d'éviter la récidive, certains détenus sont en prison pour avoir battu leur compagne.

Visages tuméfiés, brulés, déformés, les murs de la prison d'Amiens pleurent des larmes de ces milliers de femmes victimes de violences conjugales. Célébrée dans le monde entier le 25 novembre 2017, la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes est encore plus indispensable en prison. Ici, il y a des hommes qui ont blessé ou tué leur compagne mais il y a aussi des hommes qui ne comprennent pas ce fléau. 

Reportage :  S. Crimon / L. Penichou / N. Duchet

https://videos.francetv.fr/video/NI_1127931@Culture

Condamner ou justifier

En regardant ces visages de la souffrance, il y a ceux qui condamnent fermement ces actes. A l'image de Maxime incarcéré pour d'autres faits que ceux de violence.

On a tendance à banaliser la violence, ça me rappelle à quel point l'humanité peut être violente et stupide

Maxime
"L'idée est de choquer pour que ça ne se reproduise pas..."

"L'idée est de choquer pour que ça ne se reproduise pas..."

© France 3 / Culturebox / Capture d'écran
Et puis, il y a ceux qui les justifient ou qui sont dans le déni, rapporte Fanny une formatrice qui les côtoie chaque jour. 

Un coup est toujours bien mérité ...

Les raisonnements d'un autre temps sont loin d'être balayés. Les organisateurs de cette exposition souhaitent simplement ouvrir un peu plus les esprits bienveillants et stopper les récidives.
Expo prison amiens violence femmes © France 3 / Culturebox

Faire réfléchir  

Les photos proviennent d'associations de lutte contre toutes les violences faites aux femmes et sont exposées dans l'espace où les familles des détenus sont accueillies mais également dans la cour d'honneur. Des photos comme un cri adressées aux détenus. Le but de cette action est de faire réagir, avec la possibilité d’échanger avec le personnel médical.

L'idée c'est de choquer les détenus. 30 % des personnes incarcérées le sont pour faits de violence. Si grâce à cette exposition ils prennent conscience des conséquences de leurs actes ils chercheront peut-être à se faire soigner

Camille Lausin
Chef de détention

Affiche Amnesty violence conjugale © France 3 / Culturebox / Capture d'écran

 A l'occasion de cette semaine de sensibilisation des films sont projetés à plusieurs reprises au sein de la prison.

Des chiffres qui font froid dans le dos

Quand une journée internationale de sensibilisation se transforme en seize jours c'est qu'il y a vraiment urgence. Et c'est malheureusement le cas en ce qui concerne les maltraitances faites aux femmes. Cette année, la journée pour l’élimination des violences est prévue le 25 novembre 2017 et lance un cycle de deux semaines d'activisme contre l'une des violations des droits de l’homme les plus dévastatrices dans le monde entier
affiche OMS vilolence femmes © France 3 / Culturebox / Capture d'écran

En 2013, l'OMS rappelait dans une campagne qu'un tiers des femmes était victime de violences au sein de son foyer. 

Une femme sur trois dans le monde est victime de violences conjugales

Organisation Mondiale de la Santé, 2013

En France aussi le constat est alarmant. L'observatoire national des violences faites aux femmes rapporte des chiffres effrayants sur l'année 2016.

  • 123 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire intime
  •  225 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire intime au cours d’une année 
  • 84 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de viols et de tentatives de viol au cours d'une année

En cas de détresse : un numéro - le 3919