Les photos géantes de JR rassemblées dans un album de Reporters sans frontières

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox

Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox

Publié le 04/07/2018 à 09H31
JR : performance portraitiste de JR devant la mairie d'Issy (IdF) (2017)

JR : performance portraitiste de JR devant la mairie d'Issy (IdF) (2017)

© Julien Mattia / NurPhoto

Le 58e album de Reporters sans frontières (RSF) pour la liberté de la presse rassemble les photographies surdimensionnés, et notamment ses portraits géants, du street artist JR. Il sera mis en vente à partir de jeudi pour contribuer à financer les actions de l'ONG.

De Clichy-sous-Bois à Nairobi

Intitulé "100 photos de JR pour la liberté de la presse", l’abum présente certaines des réalisations les plus spectaculaires de l'artiste français en matière de street-art. Il s'agit principalement de portraits géants en noir et blanc, qui dominent des paysages urbains ou naturels, parfois installés pour être vus du ciel, et ce partout sur la planète : de Nairobi à Bethléem en passant par Clichy-sous-Bois.

Des œuvres qui cherchent généralement à interpeller, notamment sur la condition des migrants, un sujet d'actualité, de l'Union européenne à l'Amérique du Nord.

Les lecteurs pourront ainsi (re)découvrir "Kikito", une œuvre monumentale réalisée l'an dernier, dans laquelle un enfant surplombe la frontière américano-mexicaine. Une photographie presque prémonitoire, après le scandale déclenché par la politique migratoire de Donald Trump, qui a vu plus de 2.000 enfants être séparés de leurs parents entrés clandestinement sur le territoire américain.
JR : installation sur la pyramide du Louvre à Paris (2016)

JR : installation sur la pyramide du Louvre à Paris (2016)

© JOEL SAGET / AFP

Le Louvre, Rio, le mur de séparation…

Il y a aussi cette reproduction en trompe l'oeil de la façade du Louvre, qui avait masqué la pyramide de Ieoh Ming Pei en 2016, ses athlètes illustrant des gratte-ciel de Rio pendant les Jeux olympiques, ou ses portraits de Palestiniens et Israéliens affichés sur le mur de séparation.

Comme toujours, les bénéfices des ventes de l'album (proposé au prix de 9,90 euros) seront reversés à RSF. C'est une source de financement majeure pour l'association de défense de la liberté de la presse, qui tire environ 30% de ses revenus annuels de ces publications.