"Le choix du silence": Le photographe Bruno Rotival, 30 ans dans l'intimité des monastères et des couvents

Mis à jour le 10/04/2018 à 11H39, publié le 10/04/2018 à 11H38
Bruno Rotival devant trois de ses clichés

Bruno Rotival devant trois de ses clichés

© France 3 / Culturebox

Jusqu’au 23 avril, le photographe Bruno Rotival expose plus de soixante photos à la galerie l’Envoûtée de Mâcon. Elles immortalisent avec poésie la vie dans un monastère ou une abbaye, pour montrer un quotidien répétitif, basé sur la règle et la routine, loin du sensationnalisme.

Depuis plus de trente ans, Bruno Rotival a parcouru les monastères cisterciens, bénédictins, chartreux, dominicains ou carmélites. Au cours de ces années, il a sélectionné une soixantaine de photographies, exposées à l'Envoûtée à Mâcon, qui dépeignent le quotidien de ces personnes qui ont décidé de se couper du monde et de vivre dans le silence. 

Reportage de M.Gillot/ R.Ho-A-Chuck/ L.Crotet-Beudet  

https://videos.francetv.fr/video/NI_1216931@Culture

L'artiste a séjourné à de nombreuses reprises dans des monastères, des couvents ou des abbayes et s’est imprégné de l’ambiance particulière de ces lieux, dominés par la règle, la répétition et le silence. Avec ses clichés, il capture des instants de vie, son but n’est pas de traquer les événements exceptionnels ou les situations inattendues, mais de photographier la vie quotidienne, avec poésie. Par exemple, lorsqu'il immortalise une sœur qui prie à l’oratoire, il dit

C’est pas un événement, elle le fait sept fois par jour, tous les jours

Bruno Rotival, photographe
Frère Jean-Pierre, survivant de Tibhirine 

Frère Jean-Pierre, survivant de Tibhirine 

© Photographie de Bruno Rotival/ capture d'écran Culturebox

Ses photos, en noir et blanc, racontent les histoires de cette vie silencieuse. Bruno Rotival s’est adapté au rythme de ses sujets, ainsi qu’à celui de la nature. Les abbayes anciennes ont été conçues de sorte que le soleil éclaire certaines pièces à un moment précis de la journée, ce qui suppose d’être au bon endroit, au bon moment. "Il n’y a pas beaucoup de lumière, mais la lumière est bonne", confie le photographe.

Bruno Rotival, exposition © Photographie de Bruno Rotival/ capture d'écran Culturebox


L’exposition est à voir à l’Envoûtée de Mâcon, jusqu’au 28 avril.