Genève : 51 visages de migrants sur le sol à la manière des fresques de JR

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/03/2016 à 12H42
Le collage "ll n’y a pas de murs entre nous" de Genève qui expose les visages de 51 réfugiés est soutenu par le photographe JR

Le collage "ll n’y a pas de murs entre nous" de Genève qui expose les visages de 51 réfugiés est soutenu par le photographe JR

© France 3 / Culturebox

Le bitume de Genève dispose jusqu'au 21 mars d'une galerie éphémère de 51 portraits de réfugiés réalisés par le photographe Mark Henley. L'exposition résulte d’un travail collaboratif de six mois entre les migrants et Jessica Tabary, art-thérapeute et coordinatrice du projet. Ce happening est soutenu par le projet participatif mondial Inside Out, lancé par l’artiste français JR.

A Genève, impossible de traverser le Rond-Point de Plainpalais sans être happé par ces visages et ces regards. Une cinquantaine de portraits de réfugiés en noir et blanc ont été collés à même le bitume. 

Initié par une étudiante qui allie l'art thérapie et la question des migrants dans le cadre de la semaine contre le racisme, le projet d'origine est devenu international avec la collaboration du photographe Mark Henley qui réalisé les photos. 

Reportage : I. Pernet-Duparc / S. Worreth / J. Picca

https://videos.francetv.fr/video/NI_656129@Culture

Mieux se connaître pour mieux préparer le futur

Le projet résulte d’un travail collaboratif de six mois entre une cinquantaine de migrants et Jessica Tabary, art-thérapeute et coordinatrice du projet "ll n’y a pas de murs entre nous" qui cherche à lutter contre certains préjugés à l’encontre des demandeurs d’asile.

Maasom Shamjeen, un Syrien de 28 ans

Maasom Shamjeen, un Syrien de 28 ans

© France 3 / Culturebox

Pour Maasom, réfugié syrien de 28 ans cette fresque qui réunit tous ces visages est à l'image du monde : "Nous somme tous des êtres humains, nous vivons tous sur la planète. On devrait s'aimer, mieux se connaître pour mieux préparer le futur"

Inside Out de JR à Genève

Ce happening s’inscrit dans le projet participatif mondial Inside Out, lancé par l’artiste français JR, qui qui expose l'humanité et la dignité dans des lieux improbables sur des formats géants avec en toile de fond cette question : l’art peut-il changer le monde?

A Genève aussi, la question de la dignité et du respect des migrants s'est posée. Le projet participatif de Jessica Tabary tente de répondre au besoin de communiquer de ces hommes et femmes confrontés à l'exil. "Eux, ce qu'ils voulaient c'était aller au devant des Genevois. On a essayé de faire coïncider l'art et les discussions. Lorsque l'on a contacté le Inside Out, ils ont trouvé ça formidable", raconte enjouée la jeune étudiante. 

Projet Genève 1 © France 3 / Culturebox


Le travail photographique en noir et blanc a été confié à Mark Henley, qui a portraituré des migrants rencontrés dans différents lieux de vie de l’Hospice général de Genève. 
 

Après les visages des 51 réfugiés, Mark Henley photographie la fresque du rond-point Plainpalais 

Après les visages des 51 réfugiés, Mark Henley photographie la fresque du rond-point Plainpalais 

© France 3 / Culturebox

Au milieu des 50 portraits d’hommes, un seul visage féminin déplore une passante. C'est celui de Berhane Muzit, 25 ans, originaire d’Erythrée. Présent sur place, le photographe Mark Henley explique à la dame que le travail a commencé dans les bunkers où il y a peu de femmes. 

Dans son objectif, la rue devient une galerie et les migrants retrouvent un visage. "Quand ils sont ici c'est la fin de quelque chose, c'est l'attente, la vie dans le bunkers. Après les rêves il y a la réalité", dénonce le photographe. 

projet plainpalais © France 3 / Culturebox

Les collages resteront au sol jusqu’au 21 mars, puis seront exposés jusqu'au au 23 mars à la Galerie La Cave, à Genève.