Butz&Fouque : les clichés troublants d'un duo de photographes-modèles

Par @Culturebox
Mis à jour le 19/12/2016 à 15H30, publié le 19/12/2016 à 15H19
Les corps emmêlés de Butz et Fouque dans une malle à linge

Les corps emmêlés de Butz et Fouque dans une malle à linge

© Capture d'écran / Butz et Fouque

Elles emmêlent leurs corps, adoptent des positions acrobatiques titillant l’érotisme, assument une démarche artistique dénotant une féminité exacerbée. Mais Butz&Fouque, deux amies de longue date, se présentent avant tout comme des plasticiennes utilisant leurs corps et leurs visages comme matières. Les clichés de ce duo détonnant doivent être exposés dans le courant de l’année prochaine.

Perrine Butz et Bénédicte Fouque sont originaires de Saint-Omer, une commune du Pas-de-Calais qui doit son nom à l’évêque de Thérouanne devenu aveugle à la fin de sa vie. Aucun lien entre les premières et le second mais un parallèle plutôt amusant quand on sait que l’objectif premier de Butz&Fouque est de confronter le regard du public à la vision du corps de la femme tel qu'il peut être exposé dans la publicité, la mode, mais aussi le cinéma et l'art en général.

Reportage : A.Rougerie/B.Espalieu/M.Graff

https://videos.francetv.fr/video/NI_879547@Culture


Modèles et photographes

Le duo s’est formé en 2003 à l’École des Beaux-Arts de Dunkerque et a obtenu le DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) en 2005. Depuis, il n’a cessé d’imaginer des mises en scène ambiguës et énigmatiques faisant interagir deux plastiques sensuelles et quasi-identiques par jeux de symétrie, de répétition et d’incessants effets miroir. Les deux femmes réalisent elles-mêmes leurs photographies, des autoportraits fruits d’une théâtralité évidente et fort bien maîtrisée destinés à révéler une certaine idée du corps, de la nudité voire de la sexualité.


Nous juxtaposons et emmêlons les corps de manière à troubler le spectateur

Fouque


Nues ou déguisées

Chaque mise en scène est étudiée et les décors font partie du jeu. Grimées, nues ou déguisées, coincées dans un coffre à jouets, enchevêtrées sur une cuvette de toilettes, encastrées nues dans des éléments de cuisines, en position suggestive sur les sièges rouge velours d’un théâtre, sont un florilège de ces tableaux réalisés par les deux artistes qui se mettent en scène et allient glamour et érotisme, pudeur et excentricité, laissant à chaque cliché une mystérieuse singularité.