BarrObjectif : les réfugiés syriens sous l'oeil d'Emin Özmen, photoreporter turc

Mis à jour le 21/09/2018 à 19H19, publié le 21/09/2018 à 18H56
Emin Özmen de vant un de ses clichés au Festival BarrObjectif 2018

Emin Özmen de vant un de ses clichés au Festival BarrObjectif 2018

© capture d'écran France 3 / Photo de Emin Özmen

Jusqu'au dimanche 23 septembre, le festival international de photoreportage de Barro en Charente expose le travail d'une vingtaine de photojournalistes à ciel ouvert. Fidèle à ses valeurs, BarrObjectif a choisi de mettre en lumière le photographe turc Emin Özmen, invité d'honneur de cette 19e édition pour son travail sur les réfugiés syriens et la Turquie.

Durant neuf jours, le festival BarrObjectif investit la petite commune de Barro pour y installer une galerie de photos à ciel ouvert. Cette manifestation internationale est connue pour montrer à un large public le témoignage d'hommes et de femmes qui par le prisme de leur objectif, rendent compte de l'actualité et de l'état du monde.

Reportage France 3 Poitou-Charentes : I. Hirsch / S. Bourin / C. Pougeas
Festival BarrObjectif

Expositions, ateliers, conférences et rencontres sont organisés pour découvrir le travail de photographes engagés. Des photographes qui sillonent le monde, souvent dans les territoires de conflit, pour recueillir des témoignages et nous les restituer en image.

Emin Özmen - Invité d'honneur 2018

Cette 19e édition met à l'honneur le travail du photojournaliste turc Emin Ozmen. Depuis 2012, il a entamé un travail de documentation photographique auprès de populations touchées par les conflits. Un long projet qui l'a mené à de nombreuses reprises en Syrie, Turquie, Irak et en Europe à la rencontre des déplacés, devenus par la force des choses, des réfugiés. Il s'agissait pour lui de recueillir leurs témoignages, de capter leur vécu, afin de rendre compte du désespoir, de la peur, de la culpabilité aussi.

Le but d' Emin Ozmen était aussi de dénoncer les humiliations, les arrestations ou même pire encore, l'indifférence dont ils sont souvent victimes. Des photos puissantes et poignantes d'émotions et de vérité sont au coeur de ses expositions "Les Limbes - Exode" (Limbo – Exodus) et "Turquie - La guerre cachée" (Turkey’s Hidden War).

 
Très remarqué, son travail a suscité un très grand intérêt et fait l'objet de nombreuses publications notamment par TIME Magazine, le New York Times, BBC, CNN, Der Spiegel, The Guardian, Le Monde, Paris Match, Libération, L’Obs, Telegraph, Bild... 
 
Emin Özmen a remporté plusieurs prix, parmi lesquels le World Press Photo (à deux reprises) et le Prix du public au Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre en 2014. En 2017 il a rejoint l’Agence Magnum Photos. Pour cette exposition Emin Özmen explique qu'il se devait de couvrir cet événement, de le dénoncer aujourd'hui afin d'en garder une trace pour l'avenir. 
Photo du photographe Emin Özmen

Photo du photographe Emin Özmen

© Capture d'écran France 3 Culturebox / Emin Özmen Festival BarrObjectif 2018

Mojahed Abo Al-Jood – Goodbye Aleppo

Ce jeune Syrien de 23 ans avait rejoint les manifestants, devenus insurgés lors du "Printemps arabe" en 2011. Il préparait alors son bac. Il est l'un des membres fondateurs de l’AMC "Aleppo Media Center" créé pour témoigner contre la propagande officielle. Il fallait aussi témoigner des violences de la répression perpétrées par le régime syrien. Son engagement fera le fruit d'une collaboration avec les médias comme ITV, CNN ou BBC. 
 
Il a remporté de nombreux prix dans le monde avec le film "Last men in Aleppo" . (Sundance Festival, Copenhagen Festival, nominé aux Oscars 2018). Il remporte en 2017 le "Rory Peck Trust" pour le film "Goodbye Aleppo" et le "Best off short" du festival "Middle east now" à Florence en 2018. Aujourd'hui, Mojahed Abo Al-Jood a posé ses valises en France, où il a obtenu le droit d'Asile depuis mars 2018. 
Photo de Mojahed Abo Al-Jood  au Festival BarrObjectif 2018

Photo de Mojahed Abo Al-Jood  au Festival BarrObjectif 2018

© Capture d'écran France 3 Culturebox / Mojahed Abo Al-Jood - Festival BarrObjectif 2018

BarrObjectif : des histoires singulières

Le festival BarrObjectif ce sont aussi des histoires singulières d'hommes et de femmes ordinaires, comme dans cette série de clichés de Serge et Jacqueline. Il s'agit d'un couple croisé sous un porche un soir de pluie que la photographe belge Louise Vouters a choisi de raconter.
Photo de Louise Vouters / Festival BarrObjectif 2018

Photo de Louise Vouters / Festival BarrObjectif 2018

© Capture d'écran France 3 Culturebox / Louise Vouters - Festival BarrObjectif 2018

Le Festival BarrObjectif, comme l'explique son cofondateur Pierre Delaunay, est aussi l'occasion pour les photoreporters de rompre leur solitude, de se rencontrer et de partager leurs expériences. A découvrir donc jusqu'au 23 septembre 2018.