Alain Fleischer le bricoleur de l'image dévoile une série inédite à Toulon

Par @Culturebox
Publié le 31/05/2018 à 10H07
"Je suis qu'une image" Exposition Alain Fleischer au Centre d'Art du Var Toulon jusqu'au 24 juin 2018

"Je suis qu'une image" Exposition Alain Fleischer au Centre d'Art du Var Toulon jusqu'au 24 juin 2018

© HDA / Toulon

L'hôtel des Arts de Toulon présente jusqu'au 24 juin 2018 une sélection d’œuvres phares, confidentielles et inédites du plasticien Alain Fleischer. Intitulé "Je ne suis qu'une image", le parcours invite le spectateur à se perdre dans les méandres de l'illusion de l'image habilement manipulée par le bricoleur de l'art. La série "Lumières oubliées" est dévoilée pour la première fois au public.

C'est un grand nom de la scène artistique française, Alain Fleischer est à l'honneur de l'hôtel des Arts de Toulon jusqu'au 24 juin 2018. L'exposition "Je ne suis qu'une image" retrace l'évolution de l'artiste des années 1980 à aujourd'hui. L'occasion de découvrir une série inédite – "Lumières oubliées" qui revient aux sources de la photographie et présente des clichés où la lumière est un personnage à part entière. 

Reportage : E. Ambrosini / J. Fuster / A. Taba

https://videos.francetv.fr/video/NI_1243549@Culture

Je ne suis qu'une image

Entre ombre et lumière, le parcours invite le visiteur à se perdre dans l'illusion d'une projection. "Je ne suis qu'une image", ne cesse de répéter une voix monocorde tout au long de la déambulation. Ainsi, la projection d'un tourne-disque n'est que pure illusion. La bande-son qui l'accompagne l'atteste : tout cela n'est que le fruit de votre imagination. Le titre de l’exposition de l'hôtel des Arts du Var consacre à Alain Fleischer part du constat qu’au cinéma, le son devient une image. Cette même assertion se répète tout au long de plusieurs œuvres sur divers supports.
"Je ne suis qu'une image" A. Fleischer

"Je ne suis qu'une image" A. Fleischer

© France 3 / Culturebox

La multiplicité des supports

Ecrivain, cinéaste, photographe, Alain Fleischer est un artiste protéiforme et prolifique qui n'a jamais voulu se laisser enfermer dans un seul et unique cadre. Fondateur du prestigieux projet du Fresnoy-Studio national des arts contemporains, il explore tous les procédés. Son univers est à la fois ludique et fondamentalement sérieux. Derrière cette apparence esthétique et très belle, il y a aussi une réflexion profonde. Ses discours questionnent notre rapport à la réalité et à la fiction. Le visage et le corps féminin, l’érotisme et la nature sauvage, le reflet et le double, le rituel et le monde de l’enfance, le jeu et la mise en abyme sont au cœur de son processus créatif. 
"Happy Days" A. Fleischer

"Happy Days" A. Fleischer

© France 3 / Culturebox
Les visiteurs peuvent, par exemple, découvrir une création obtenue grâce à un dispositif complexe de jouets mécaniques qui emmènent des miroirs reflétant un nu célèbre : "Happy days". Ou encore, une des œuvres les plus célèbres de l’artiste, "L’Homme dans les draps" : quand des draps froissés régulièrement à heure fixe donnent naissance à des visages de profil.
"L’Homme dans les draps" A. Fleischer

"L’Homme dans les draps" A. Fleischer

© France 3 / Culturebox

Le bricoleur de l'art

Alain Fleischer aime triturer et torturer ses supports. Qu’ils soient image fixe ou vidéo, peinture ou installation, l'artiste n’hésite pas à bricoler ces représentations. Il se joue de la distorsion de l'objet provoquée sur la la perception de l'œil. D'un saut de puce le visiteur passe de la réalité à la fiction sous le regard amusé de Fleischer. "C'est un bricoleur de génie très imaginatif, il fait des choses naturelles faites pour être vues par un public général qui peut voir les choses au premier degré", souligne Philippe Sérénon, le commissaire de l'exposition. 

Je suis qu'une image affiche Fleischer © HDA / Toulon