A 95 ans, le photographe Tony Vaccaro pense encore chaque jour à la Bataille de Normandie

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/06/2018 à 15H39, publié le 07/06/2018 à 15H25
Le photographe Tony Vaccaro dans son atelier du Queens à New York.

Le photographe Tony Vaccaro dans son atelier du Queens à New York.

© culturebox - capture d'écran

Célèbre pour ses clichés des stars et des grands de ce monde, Tony Vaccaro fut aussi l’un des photographes de la Bataille de Normandie et de la libération de l’Europe de l’Ouest. Des clichés pris clandestinement et dont certains allaient faire le tour du monde. Toujours fringant, le soldat photographe continue à travailler chaque jour dans son atelier du Queens à New York.

Quand Tony Vaccaro débarque avec la 83e Division d’Infanterie américaine sur Omaha Beach le 18 juin 1944, c’est en simple soldat et non pas comme photographe. A 19 ans, il est en effet trop jeune pour intégrer le service de presse de l’armée. Mais Vaccaro dissimule sous son uniforme l’objet le plus précieux pour lui, son appareil photo. Le fusil dans une main, l'appareil dans l'autre.

Pendant un an, avec la peur de se faire confisquer son boitier par ses supérieurs, il va clandestinement prendre des milliers de photos au fil de l’avancée de son régiment vers l’Allemagne. Des photos volées pour la plupart qui retracent la Bataille de Normandie, la libération d’une partie de la Bretagne et les combats menés dans leur progression vers Berlin.

Reportage : F. Turpin / T. Cléon / P. Vergnes / X. Gerard

https://videos.francetv.fr/video/NI_1248023@Culture

Des clichés fameux


Au milieu des combats, Tony Vaccaro ne lâche pas son appareil photo et envoie régulièrement des clichés à sa sœur aux Etats-Unis. "J’avais très peur de mourir et je me suis dit que comme ça, il lui resterait quelques chose de moi. J'ai eu de la chance car j'ai été blessé à deux reprises, mais j'ai survécu", ajoute le vieil homme qui n’a rien oublié de cette période douloureuse, à laquelle dit-il, il pense encore chaque jour.

A l’instar de Robert Capa débarqué lui le 6 juin, Tony Vaccaro saisira des instants dramatiques, la violence des combats, les morts, mais aussi des moments plus heureux comme cette photo lors de la libération de la Bretagne, d’un GI réconfortant une petite fille. Un cliché qui allait faire le tour du monde, et qui 74 ans après, émeut toujours autant le photographe. Il fut aussi l’un des premiers à photographier le Nid d’aigle d’Hitler. 
Tony Vaccaro Hitler © Tony Vaccaro - culturebox - capture d'écran
Tony Vaccaro est Chevalier de la Légion d'honneur‎ et Chevalier des Arts et des Lettres. Le 7 juin 2014, au lendemain du 70e anniversaire du Débarquement, une place portant son nom a été inaugurée devant la mairie de Saint-Briac, près de Dinard en Bretagne, qui fut libéré par le régiment de Vaccaro, remontant la côte vers Saint-Malo.

Cérémonie en présence du secrétaire d’Etat américain de l’époque, John Kerry, dont une partie de la famille est originaire de Saint-Briac, devenue aujourd'hui une petite et chic station balnéaire de la Côte d'Emeraude. Mais cette inauguration eu lieu aussi en présence de Simone Leluault, la fameuse petite fille photographiée en 1944 avec le soldat américain. 
Le photographe et Simone Leluault lors de l'inauguration de la Place Tony Vaccaro à Saint Briac (Ille-et-Vilaine), le 7 juin 2014.

Le photographe et Simone Leluault lors de l'inauguration de la Place Tony Vaccaro à Saint Briac (Ille-et-Vilaine), le 7 juin 2014.

© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP