Watteau, Boucher, Fragonard, peintres des fêtes galantes, au Musée Jacquemart-André

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/03/2014 à 10H29
 François Boucher (1703-1770) - Les Charmes de la vie champêtre - Huile sur toile, 100 x 146 cm - Musée du Louvre, Département des Peintures, Paris

 François Boucher (1703-1770) - Les Charmes de la vie champêtre - Huile sur toile, 100 x 146 cm - Musée du Louvre, Département des Peintures, Paris

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizz

Besoin de légèreté en ce début de printemps ? Courez au Musée Jacquemart-André à Paris ! Jusqu’au 21 juillet, vous pourrez plonger dans l’univers à la fois poétique et sensuel des fêtes galantes du XVIIIe siècle. Des fêtes célébrées par des peintres comme Watteau, Fragonard, Boucher ou Pater. Au total, une soixantaine d'oeuvres où l'érotisme se cache parfois dans les détails.

Reportage : I. Baechler, D. Dahan, N. Lachaud

https://videos.francetv.fr/video/NI_146439@Culture

C’est Antoine Watteau qui fut le premier en France à s’intéresser au thème des fêtes galantes. En peinture, le genre fut abordé au XVIe et XVIIe siècle dans les pastorales vénitiennes et flamandes où l’on voyait des jeunes gens "flirter" (du français fleureter, conter fleurette) au milieu de paysages bucoliques. L’ensemble dégageait une infinie légèreté. A tel point qu’on ne les prit pas forcément au sérieux et que le genre resta "mineur" dans l’histoire de l’art. Mais de fait, elles échappèrent aux codes de l’académisme, aux rigueurs de la peinture historique ou religieuse.

Reportage : P. Sorgues / P. Pachoud

https://videos.francetv.fr/video/NI_147475@Culture

Pour les peintres, le champ des possibles s’ouvrait et Watteau fut le premier à s’emparer pleinement de ces fêtes galantes. Il fut suivi par d’autres peintres. Certains le copièrent, d’autres surent imprimer leur style comme François Boucher, Jean-Baptiste Pater et enfin Jean-Baptiste Fragonard qui fut le dernier grand peintre à s’intéresser à ce genre, un siècle et demi après Watteau.
 
Pour en savoir plus sur cette exposition, suivez la visite proposée par Thierry Hay sur son blog

"De Watteau à Fragonard, les fêtes galantes" au Musée Jacquemart-André à Paris (8e)
Jusqu'au 21 juillet 2014 - Horaires : tous les jours y compris les jours fériés de 10h à 18h
Nocturnes le lundi et le samedi jusqu'à 20h30 - Tarifs de 10 à 12 euros