Walter Spitzer, rescapé de la Shoah, au musée de la musique mécanique des Gets

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/07/2018 à 10H08, publié le 09/07/2018 à 09H58
Walter Spitzer au musée de la musique mécanique des Gets   

Walter Spitzer au musée de la musique mécanique des Gets   

© Capture d'image France 3/Culturebox

Le musée de la musique mécanique des Gets, en Haute-Savoie, présente 12 œuvres de Walter Spitzer. Des créations qui ont toutes un point commun. Sur chacune d’elle figure un orgue de barbarie. Un instrument cher au cœur de ce rescapé des camps de la mort.

Depuis ce week-end, un espace "Walter Spitzer" est venu enrichir les 550 pièces du musée de la musique mécanique des Gets. Des peintures, lithographies, dessins et une sculpture réalisés par l’artiste entre 1955 et 2015. 

Reportage : S. Worreth / J. Ducrot / L. Bouchaud

https://videos.francetv.fr/video/NI_1260459@Culture

Sur chacune des œuvres de Walter Spitzer exposées sur les murs du musée, on peut voir un orgue de barbarie. Un instrument qui rappelle à l'artiste sa Pologne natale. Quand petit garçon, il écoutait dans la rue les musiciens en jouer. Des sons, des ambiances qui l’accompagneront jusqu’à Auschwitz et Buchenwald où adolescent il est déporté.

Je sifflais ces airs tout en marchant. J’ai toujours été accompagné par cette musique qui m’a aidé à survivre

Walter Spitzer 
Dessin de Walter Spitzer © Walter Spitzer

Sauvé grâce au dessin 

En 1945, les résistants du camp de Buchenwald qui ont remarqué ses talents de dessinateur décident de le cacher et de le sauver en échange d’une promesse. Ses dessins doivent témoigner de l’enfer des camps, après la guerre.

Fidèle à sa promesse

De retour à Paris, Walter Spitzer s’inscrit à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts. Il consacrera une partie de son œuvre sculptée et peinte à témoigner des horreurs de la Shoah. Il illustrera des ouvrages de Kessel, Sartre, Malraux. Il réalisera le monument commémoratif de la rafle du Vel’ d’Hiv’ inauguré en juillet 1994 à Paris par François Mitterrand. Walter Spitzer s’exprimera aussi par les mots avec son livre bouleversant, "Sauvé par le dessin", préfacé par son ami Elie Wiesel, prix Nobel de la Paix.

Le monument commémoratif de la rafle du Val'd'Hiv' sculpté par Walter Spitzer

Le monument commémoratif de la rafle du Val'd'Hiv' sculpté par Walter Spitzer

© Walter Spitzer

Des oeuvres également joyeuses

Mais toutes les œuvres de Walter Spitzer ne tournent pas autour de la déportation. Ses peintures au musée de la musique mécanique des Gets son flamboyantes. Elles célèbrent la vie.

peinture Walter Spitzer © Walter Spitzer