Rétrospective Dubout à Bergerac : caricature loufoque d'un monde trop sérieux

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 31/07/2015 à 10H00
Corrida...

Corrida...

© © Dubout / France 3

Considéré par beaucoup de dessinateurs, dont Cabu ou Wolinski, comme le plus grand dessinateur français du XXe siècle, Albert Dubout, connu sous son seul nom de Dubout, fait l’objet d’une rétrospective à Bergerac (Dordogne). Une partie de ses dessins et toiles y est exposée jusqu’au 29 août.

Reportage :  Bruno Ardouin, Pascal Tinon et Sophie Giraud

https://videos.francetv.fr/video/NI_486063@Culture


Pendant près de cinquante ans, Dubout a caricaturé la société française. Caricature veut dire grossir démesurément les défauts, comme regarder une fourmi avec un télescope.
Effet de foule aux arênes

Effet de foule aux arênes

© © Dubout / France 3

Le monde de Dubout, c’est d’abord celui de la foule. Aucun dessinateur n’a, comme lui, représenté dans un seul dessin, des dizaines de personnages où chacun a sa place précise, ses attitudes loufoques dans un tableau à la composition rigoureuse. Ah, le bonheur de traquer le détail de l’une de ces trouvailles !
"Monsieur Anatole", mari soumis et obéissant...

"Monsieur Anatole", mari soumis et obéissant...

© © Dubout / France 3

Dubout, c’est bien sûr ces couples mal assortis où la femme fait toujours plus que le double de sa moitié. Quand elle occupe tout l’espace, violente et castratrice, prête à assommer son conjoint d’un coup de parapluie, lui, pauvre minus, n’a d’autre ressource pour se protéger que d’enfouir sa tête entre les hypertrophies mammaires qui servent de poitrine à ces redoutables Walkyries…
Minauderies ou l'éternel féminin... selon Dubout

Minauderies ou l'éternel féminin... selon Dubout

© ® / Dubout / France 3
Chez Dubout, rien ne tourne jamais bien rond : les pneus de voiture, les volants, les réverbères sont tous rafistolés. Un matelas est forcément crevé et les rails de chemin de fer suivent des directions qui ne sont pas parallèles. Et des parallèles qui ne sont pas parallèles, ce n’est pas sérieux.

Mais ce qui est trop sérieux, Dubout a vite fait de le tourner en dérision comme ceux qui justement se prennent au sérieux. Ceux-là, ces politiques engoncés dans leur autosatisfaction ou ces généraux croulant sous les médailles, Dubout sait les dézinguer d’un coup de plume (toujours les mêmes, fabriquées spécialement pour lui en Angleterre).
En 1934, Dubout dénonçait la montée du nazisme

En 1934, Dubout dénonçait la montée du nazisme

© ® / Dubout / France 3
Le monde vu par Dubout va plutôt de travers. Tellement de travers que c‘en est drôle. Pourtant, Dubout disait de lui : "Les gens pensent que je fais du rigolo, à ma mort, ils comprendront que je faisais du sérieux, je suis destiné à la postérité."

La rétrospective de Bergerac prouve qu’il avait raison. Dubout est bien passé à la postérité, mais en faisant rire. Car avec lui, le sérieux ne le reste jamais bien longtemps…
La rétrospective Dubout à Bergerac

La rétrospective Dubout à Bergerac

© France 3

 

Rétrospective Albert Dubout au Presbytère Saint Jacques, Bergerac
Du 4 juillet au 29 août 2015
Horaires : tous les jours de 14h à 19h. Entrée : 2€.  

Visite accompagnée de l'exposition et atelier de dessin pour enfants du lundi au vendredi, 2 séances par jour à 14h et 16h  
Inscription auprès de Sylvie au 06.73.37.89.00 ou par email : scarpentier@mairie-bergerac.fr