Première rétrospective dédiée au peintre "Nicolas Régnier, l'homme libre" à Nantes

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 01/12/2017 à 14H32, publié le 01/12/2017 à 14H31
Auto-portrait de Nicolas Régnier

Auto-portrait de Nicolas Régnier

© France 3 / Culturebox

Le musée d'arts de Nantes propose la première rétrospective mondiale consacrée au peintre Nicolas Régnier. "Nicolas Régnier l'homme libre" rassemble une quarantaine de tableaux de cet artiste du 17e siècle qui s'inscrivait dans la lignée du Caravage et qui, en tant que collectionneur a réuni une collection fabuleuse de chefs d'oeuvre de Véronèse ou de Rubens. A voir jusqu'au 11 mars 2018.

 Nicolas Régnier est né à Maubeuge, a été formé à Anvers, puis a pris très vite la route de l'Italie. Un itinéraire qui a fait de lui un artiste cosmopolite et qui lui valu le qualificatif d'homme libre. C'est ce que montre cette première rétreospective qui lui est consacrée à Nantes

Reportage France 3 Pays de la Loire : V. Raynal / D. Le Mée / S. Herel

https://videos.francetv.fr/video/NI_1133821@Culture

Caravage, l'inspirateur

Nicolas Régnier arrive à Rome peu de temps après la mort de Caravage. Il va s'imprègner de l'oeuvre du maître italien, de son goût pour l'alliance du profane et du sacré qui va de scènes religieuses à des ambiance de bas-fonds romains. Régnier va apporter à cette ambiance caravagesque sophistication et sensualité, ce qui va lui valoir un vrai succès.

Un rénovateur à Venise

En 1626, il part pour Venise. Là encore son regard d'homme libre va faire de lui l'un des "rénovateurs" de l'art vénitien du 17e siècle. Il va réaliser dans la Sérénissime des portraits d'apparat et de grands rétables d'église qui vont faire sa réputation dans toute l'Europe.
En 1644 il obtiendra le brevet de "peintre du roi de France" pour Louis XIV.

Dans la Lagune, il fréquente le plus influent des cercles littéraires vénitiens du 17e siècle : l'Accademia degli Incogniti. Ces Inconnus abordent volontiers dans leurs débats des thématiques qui unissent drame et érotisme, éloge des sens et érudition, le macabre et l'obscène. Des débats qui transparaîtront dans les tableaux de Nicolas Régnier.

A contre courant des codes

Quand Il peint le poète grec Homère, Nicolas Régnier le représente sous les traits d'un mendiant aveugle jouant du violon. "Il va peindre le handicap, la céssité de la manière la plus crue possible explique Annick Lemoine la commissaire de l'exposition. Il en fait un portrait assez horrible et terrifiant qui va à l'encontre de tous les codes de la représentation de l'époque. C'est pour montrer que n'importe quel homme, même un mendaint de Rome peut incarner l'illsutre poète grec".
 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1133951@Culture


Chez Nicolas Régnier le peintre se double d'un collectionneur avisé. Il achètera des oeuvres du Titien, de Véronèse, de Rubens. 
En 1666, il décide de vendre sa précieuse collection dont un Dürer sous la forme d'une loterie. Une démarche novatrice à l'époque ! C'est cela un homme libre.