Picasso, le génie décrypté

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/04/2013 à 11H06
Détail de "Portrait de jeune fille" (1914)

Détail de "Portrait de jeune fille" (1914)

© DR / France 2 / Culturebox

A l'occasion du quarantième anniversaire de la mort de Pablo Picasso, retour sur deux oeuvres emblématiques de sa période cubiste. "Le joueur de guitare" (1910) et "Portrait de jeune fille" (1914).

Reportage : F.Griffond / F.Bazille / B. de Saint Jore / Images Siuccession Picasso- RMN-Grand-Palais

https://videos.francetv.fr/video/NI_145083@Culture

Il est sûrement le peintre le plus célèbre au monde, et pourtant sa peinture n'est pas forcément très accessible. Picasso ne se consomme pas, il se mérite. Au début du XXe siècle, alors que la photographie supplante peu à peu  la peinture dans la représentation du réel, les artistes prennent le contre-pied en inventant leur propre vision du monde. C'est la naissance du Cubisme.

Le regard de l'artiste

De grandes lignes, l'ébauche d'un personnage. Le point de départ d'une démarche artistique qui laisse au public le soin d'imaginer, d'interpréter la toile. Le cubisme est le contraire du "prêt-à-regarder" figuratif qui faisait loi jusqu'alors. En celà "Le joueur de guitare" est un exemple du genre. Picasso esquisse une silhouette. Tout y est : le musicien, l'instrument, mais celui-ci ne se dévoile qu'après un moment d'observation. Même chose dans son "Portrait de jeune fille", une représentation de son amour d'alors, Eva Gouel. La jeune fille se révèle dans toute sa beauté lumineuse, mais après un moment de réflexion durant lequel le spectateur doit entièrement se plonger dans la toile. Une invitation à l'imaginaire et à la méditation qui restera la marque de fabrique de ce génie des temps modernes.