"Peinture-écriture / Pittura-scrittura" quand les avant-gardes dynamitaient les frontières

Mis à jour le 29/01/2019 à 14H33, publié le 29/01/2019 à 14H30
L'une des œuvres exposées à Vence

L'une des œuvres exposées à Vence

© France 3 Culturebox Capture d'écran

Le musée de Vence accueille jusqu'au 24 février une exposition franco-italienne intitulée "Peinture-écriture / Pittura-scrittura". Elle rassemble des œuvres de seize artistes du 20e siècle, français et italiens, qui ont en commun d'avoir, chacun dans son style, marié la peinture à l'écriture. Ou le contraire. Une réflexion passionnante sur le signifiant et le signifié.

Il y a bien sûr Ben (Vautier), le plus connu du grand public en France et qui a finalement réduit l'image à l'écriture blanche sur fond noir, dans une calligraphie personnelle reconnaissable au premier coup d'oeil. Chez lui, l'image est un slogan, le mot fait l'image. Le signifiant (la forme) se mêle au signifié (le contenu), noir et blanc, détaché et noyé dans son contraste, lecture minimale et apparemment dénuée d'interprétation. Son style, tourné en dérision par les apôtres du "ça je peux le faire", est l'un des aboutissements d'une réflexion menée pendant tout le 20e siècle sur les liens qui peuvent unir peinture et écriture. L'exposition "Peinture-écriture / Pittura-scrittura" réunit les oeuvres de seize artistes français et italiens qui ont, au fil du siècle dernier, apporté la pierre de leur propre réflexion.

Scrittura-pittura ou peinture-écriture ?

Tout au long du siècle, à partir d'un célèbre texte de Stéphane Mallarmé intitulé "Un coup de dé n'abolira jamais le hasard", les avant-gardes ont cherché à mêler les lettres, les mots, les phrases aux images. Des courants comme le surréalisme et même le lettrisme ont poussé très loin cette recherche croisée du sens et de sa perception.

Comme le précise Gérald Meerloo, le commissaire de l'exposition  "Peinture-écriture / Pittura-scrittura", les chemins n'ont pas été les mêmes. 

Les Italiens (...) sont d'abord des littéraires. Ils vont aller chercher dans l'image quelque chose qui va permettre de constituer une relation entre les deux.

Gérald Meerloo

Alors que les Français sont surtout des plasticiens qui vont imaginer de manière plus graphique le mariage entre peinture (ou sculpture) et écriture. Notable exception, Guillaume Appolinaire et ses célèbres calligrammes !

Reportage : France 3 Côte d'Azur V. Varin / D. Pardanaud / A. Vejux

Les artistes exposés sont :

- les Français : Michel Butor, Robert Filliou, Ben Vautier, Marcel Alocco, Julien Blaine, Jean Mazeaufroid, Gérard Duchêne, Jean-François Dubreuil.
- les Italiens : Emilio Villa, Magdalo Mussio, Arrigo Lora Totino, Vincenzo Accame, Nanni Balestrini, William Xerra, Gianni Emilio Simonetti, Aldo Spoldi.