Munich : un trésor de 1500 tableaux trouvés chez un octogénaire

Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/11/2013 à 10H18
L'entrée de l'immeuble munichois où on a retrouvé 1500 oeuvres d'art (4 novembre 2013)

L'entrée de l'immeuble munichois où on a retrouvé 1500 oeuvres d'art (4 novembre 2013)

© Marc Müller / EPA / MAXPPP

Près de 1500 tableaux de maîtres, dont Picasso, Matisse et Chagall, confisqués par les nazis ou vendus par des juifs persécutés, ont été découverts dans un appartement à Munich, affirme dimanche le journal allemand Focus.

Selon le journal, qui affirme avoir mené une grande enquête, ces tableaux  de grands maîtres du XXe siècle, dont aussi les Allemands Emil Nolde, Franz  Marc, Max Beckmann et Max Liebermann, sont estimés à environ un milliard  d'euros. Ils étaient entreposés dans l'appartement d'un octogénaire.
 
Les tableaux avaient été découverts par la police allemande en 2011, mais cette découverte n'avait jamais été rendue publique jusqu'à l'article de Focus.
 
Le parquet d'Augsbourg, dans le sud de l'Allemagne, compétent dans cette  affaire, cité par l'agence de presse allemande dpa, n'a pas voulu commenter l’information.

https://videos.francetv.fr/video/NI_139713@Culture

Des tableaux achetés par le père de l’octogénaire
Depuis la découverte des tableaux par la police, une experte de l'"art dégénéré", Meike Hoffmann, professeur de l'Université Libre de Berlin, recherche l'origine des oeuvres et leurs propriétaires ou leurs descendants, selon Focus.
 
D'après le journal, le père de l'octogénaire était un célèbre collectionneur allemand, Hildebrand Gurlitt, qui avait acheté ces tableaux dans les années 30 et 40.
 
Ces oeuvres avaient été soit confisquées par les nazis à des juifs et revendues ensuite, soit vendues à bas prix par des juifs en fuite. Ou encore  confisquées par des agents du Troisième Reich parce que considérées comme de "l'art dégénéré" et revendues ensuite par les nazis.
 
Le collectionneur affirmait avoir aidé des juifs
Hildebrand Gurlitt, au départ peu apprécié des nazis notamment à cause d'une grand-mère juive, sut grâce à ses innombrables contacts et à ses immenses connaissances artistiques se rendre indispensable auprès des dignitaires du IIIe Reich. Il fut ainsi notamment chargé par le ministre de la Propagande, Joseph Goebbels, de vendre dans des pays étrangers des tableaux d'"art dégénéré" exposés dans des musées allemands.
 
Après la fin de la Seconde guerre mondiale, Hildebrand Gurlitt sut se défendre de ses accointances avec les dignitaires du IIIe Reich, en mettant en avant ses origines juives et sa non-appartenance aux organisations nazies. Il affirma également avoir aidé des juifs et des artistes persécutés en achetant leurs biens.
 
Pendant près de cinquante ans, son fils, un solitaire sans profession, a gardé ces tableaux dans des pièces sombres de son appartement rempli de boîtes de conserve périmées et de détritus.
 
Les tableaux découverts lors d’une perquisition
Au fil des ans, il a vendu certains de ces tableaux et a vécu du produit de ces ventes. Parmi les oeuvres découvertes se trouve un tableau d'Henri Matisse qui avait appartenu au collectionneur juif Paul Rosenberg, forcé d'abandonner sa collection lorsqu'il a fui Paris, écrit Focus.
 
En 2011, la police allemande a perquisitionné dans l'appartement du fils Gurlitt, dont le comportement était suspect, et a découvert les tableaux, selon le journal.