Les utopies de l'Iranienne Nazanin Pouyandeh exposées au château de la Trémolière, dans le Cantal

Mis à jour le 26/07/2018 à 16H58, publié le 26/07/2018 à 13H32
La fresque murale réalisée à l'encre de chine par Nazanin Pouyandeh 

La fresque murale réalisée à l'encre de chine par Nazanin Pouyandeh 

© France télévisions/culturebox

L'artiste iranienne Nazanin Pouyandeh expose ses peintures contemporaines au château de la Trémolière, dans le Cantal. Une vingtaine de toiles, qui balancent entre réalisme et onirisme, dialoguent avec la collection de tapisseries d'Aubusson du 16e siècle du château. À découvrir jusqu'au 30 septembre 2018.

Nazanin Pouyandeh fait partie des étoiles montantes de la peinture contemporaine. Repérée il y a une dizaine d'années par une galeriste lors d'une résidence d'artiste à Montluçon, la peintre iranienne a investi pour l'été le château de la Trémolière, à Anglards-de-Salers, dans le Cantal.

Elle y expose une vingtaine de tableaux réalisés depuis 2007. Des toiles colorées, flottant entre réalisme et onirisme, qu'elle a choisies pour dialoguer avec la collection de tapisseries d'Aubusson du 16e siècle. Les femmes ont souvent une place prépondérante dans ses œuvres qui évoquent les instincts primaires, comme le désir, la peur ou le combat. Dans sa vie d'artiste, Nazanin Pouyandeh se nourrit volontiers de toutes les images qui l'entourent. 

Je suis comme une assoiffée d'images. Et toutes sortes d'images peuvent influencer mon travail, que ce soit la peinture ancienne,  le cinéma ou les panneaux publicitaires.

Nazanin Pouyandeh
 
Reportage : Richard Beaune - Valérie Mathieu - Alexandre Jais - Brice Ordas 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1270577@Culture


Une fresque murale à l'encre de Chine 

L'artiste iranienne a eu envie de laisser son empreinte dans ce lieu chargé d'histoire avec la réalisation d'une immense fresque murale à l'encre de chine et à l'aquarelle. Un travail qu'elle a effectué au cours de sa résidence au château de la Trémolière. Cette œuvre se veut un trait d'union entre son propre univers et les tapisseries d'Aubusson et leur bestiaire fantastique. 

Un exil en France en 1998

Nazarin Pouyandeh vit et travaille à Paris depuis 20 ans. Issue d'une famille d'intellectuels iraniens, elle a grandi à Téhéran. Après l'assassinat de son père, écrivain et défenseur des droits de l'homme, elle s'installe seule en France en 1998. Elle réussit le concours d'entrée à l'École nationale des Beaux Arts en 2000. Depuis, ses toiles sont régulièrement exposées dans des galeries à Paris et en province.