La restauration du Saint Jean Baptiste de Léonard de Vinci révèle sa beauté cachée

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/11/2016 à 15H30
Saint Jean Baptiste restauré (détail du tableau)

Saint Jean Baptiste restauré (détail du tableau)

© Capture d'écran/Culturebox

La restauration du Saint Jean Baptiste de Léonard de Vinci, un des trois chefs-d'œuvre de sa maturité, est achevée et le tableau qui a retrouvé ses couleurs d'origine et des éléments plus visibles sera de nouveau exposé au public dans la Grande Galerie du Louvre à partir du 9 novembre, a annoncé le musée.

Le Saint Jean Baptiste qui était probablement, selon le Louvre, le plus verni des collections du musée, a été confié pendant dix mois au Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF), sous la direction du département des Peintures.
 
Après la "Sainte Anne" et "La Belle Ferronnière", c'est le troisième tableau de Léonard de Vinci à être restauré en cinq ans.

Reportage : V.Gaget, V.Piffeteau, V.Bouffartigue, S.Ripaud 

https://videos.francetv.fr/video/NI_854785@Culture


Quinze couches de vernis avaient jauni et obscurci le tableau

Il s'agissait d'amincir les épaisses couches de vernis ajoutées au fil des siècles (une quinzaine au total, soit 110 microns), qui étaient très oxydées et encrassées, ce qui obscurcissait le tableau. Résultat, le raffinement du rendu de la chevelure et de la peau de bête, qui avaient presque disparu, est de nouveau visible. Le tableau à la palette très réduite a aussi retrouvé ses couleurs d'origine que les vieux vernis avaient jaunies.  
Le Saint Jean Baptiste de Léonard de Vinci au Louvre avant sa restauration

Le Saint Jean Baptiste de Léonard de Vinci au Louvre avant sa restauration

© Patrick Kovarik / AFP

L'histoire du Saint Jean Baptiste est incertaine. Il pourrait avoir été acquis en 1518 par François Ier et serait ensuite sorti des collections royales à une date inconnue. Parvenu entre les mains du duc de Liancourt, chambellan du roi de France Louis XIIIe, il est échangé, en 1630 peut-être, pour finir dans la collection de Charles Ier d'Angleterre. Vendue en 1651 après l'exécution de celui-ci, la peinture est acquise par le collectionneur Everhard Jabach qui la revend à Louis XIV en 1662.

Une attribution longtemps mise en doute

Dans son Saint Jean Baptiste, Léonard reprend le geste de son "Ange de l'Annonciation", créé vers 1503-1504. Sa conception date des alentours de 1508 mais on ignore la durée de son exécution, sans doute plusieurs années. En 1517, il était présenté au cardinal d'Aragon.
 
Le visage ainsi que le bras et la main tournés vers le ciel dans une douce spirale semblent sortir de l'obscurité grâce à un jeu subtil d'ombre et de lumière en sfumato, le fameux effet de flou vaporeux du peintre.
 
Images Hervé Pozzo, Laurence Piquet

https://videos.francetv.fr/video/NI_844647@Culture


L'attribution du tableau à Léonard de Vinci a longtemps été mise en doute, en raison de la rigidité du dessin du bras et de la main. C'est peut-être une ancienne restauration, sans doute dans la deuxième moitié du XVIe siècle ou au début du XVIIe qui a enlevé quelques couches de glacis superficielles, durcissant ainsi certains contours.