Le nu vu par l'Ecole russe, une exposition à voir au Centre d'Art la Malmaison

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/11/2010 à 11H18
Le nu vu par l'Ecole russe, une exposition à voir au Centre d'Art la Malmaison

Le nu vu par l'Ecole russe, une exposition à voir au Centre d'Art la Malmaison

© Culturebox

"60 chefs-d'oeuvre de l'Ecole russe - Le nu en peinture", c'est le titre de l'exposition proposée jusqu'au 30 janvier 2011 au Centre d'Art la Malmaison de Cannes. Organisée dans le cadre de l'année France-Russie, elle met en lumière les oeuvres de 45 artistes russes exilés en France et à l'étranger sur une période allant de la révolution russe et le début du XXe siècle. Des artistes réunis autour d'un thème, celui du nu.

https://videos.francetv.fr/video/NI_122343@Culture

Les peintures exposées dans le cadre de cette exposition proviennent de la collection de Tatiana et Georgy Khatsenkov, galeristes à Monaco. Le couple possède ainsi l'une des plus importantes pinacothèques spécialisées dans l'art russe. Mais c'est le musée de Montparnasse qui a guidé le Centre d'Art la Malmaison vers l'enseigne monégasque. Installé dans l'ancien atelier de la peintre Marie Vassilieff, le musée parisien a lui aussi  rendu hommage aux "artistes russes hors-frontières" dans une exposition qui s'est achevée en octobre 2010. Il faut dire que Montparnasse a été au coeur de l'activité artistique du début du 20ème siècle. Nombreux sont alors les artistes russes qui viennent s'établir en France et dans ce quartier parisien. Certains ont pris part aux débuts de la Révolution en soutenant Lénine. Mais l'arrivée de Staline au pouvoir va vite les faire déchanter. Ils choisissent alors de fuir plutôt que de subir un joug moral et esthétique. En France, le milieu artistique est alors en plein néo-classicisme, avec un retour aux formes figuratives, aux agencements clairs. Les russes vont y apporter une "sensualité libérée" et colorée. Conséquence de leur exil, ces artistes russes ont été effacés de l'art soviétique. Certains sont morts dans l'oubli total. Il a fallu la curiosité de collectionneur pour redécouvrir dans les marchés aux puces ces témoignages d'un "patrimoine culturel exilé".

- > A voir aussi sur Culturebox
->>
Sensualite-et-volupté-au-nouveau-musée-departemental-de-Flandre
->> Nus-academiques-l'art-de-dessiner-le-nu-s'expose-à-la--galerie-des-beaux-arts
->> Toutes les vidéos Année France Russie