La jeunesse dans l'oeil des impressionnistes au musée Eugène Boudin d'Honfleur

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/08/2016 à 18H45
Les Phlox de Gaston La Touche, huile sur toile (1889)

Les Phlox de Gaston La Touche, huile sur toile (1889)

© capture d'écran France 3 / Culturebox

Dans le cadre du festival "Normandie Impressionniste", le musée Eugène Boudin d'Honfleur s'attarde sur l'enfance et la jeunesse. Les œuvres d'une soixantaine d'artistes sont réunies pour l'exposition "Être jeune à l’époque de l’impressionnisme", du 25 juin au 03 octobre 2016.

Cette année, la 3ème édition du festival "Normandie impressionniste" a pour thème le portrait. À Honfleur, l’exposition ne se focalise que sur une diversité de scènes familiales propres à l’enfance et à la jeunesse, dans une époque où fleurissait l’impressionnisme.

Reportage : V. Ducroquet / P. Cornily / M. Varin

https://videos.francetv.fr/video/NI_768741@Culture


Des mouvements opposés

Plus qu’une simple exposition, c’est une véritable lecture des courants artistiques qui s’opère. L’impressionnisme de 1860 à 1920, donne une image optimiste et lumineuse de l’enfance, alors que le réalisme voit la vie avec âpreté. Ainsi, les visiteurs comprendront que la révolution picturale de l’époque ne rime pas avec révolution sociale. "La réalité sociale est très difficile. Avec la guerre de 1870 qui a déjà remué beaucoup les esprits et la guerre de 1914 qui se prépare, c’est une époque charnière qui ne peut pas se résumer à cette vision joyeuse et colorée des impressionnistes", mentionne Anne-Marie Bergeret, conservateur du musée Eugène Boudin. Le double avantage de cette exposition est de pouvoir évoquer les étapes de l’enfance dans le cadre intime, social ou religieux et la manière dont elles sont traitées par les différents courants artistiques.

Une exposition locale

Grâce à des peintres comme Eugène Boudin, Félix Cals ou encore Alexandre Dubourg, le musée porte une attention particulière à des scènes de la vie normande de l’époque, qui évoque l’enfance et les bords de mer. C’est grâce aux prêts du musée d’Orsay de Paris, du palais des Beaux-arts de Lille et de plusieurs prêteurs particuliers, que la ville d’Honfleur peut présenter les oeuvres d'une soixantaine d’artistes.