Un jaillissement de couleurs: l'étonnante peinture de Maryam Alakbarli, atteinte de trisomie 21

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/10/2016 à 18H31
Maryam dans son atelier parisien

Maryam dans son atelier parisien

© Culturebox

Maryam Alakbarli n'est pas une peintre comme les autres. Pourtant ses proches ne mettent pas en avant la trisomie qui touche Maryam pour expliquer la puissance de son œuvre. A 23 ans cette jeune artiste originaire d’Azerbaïdjan est en passe de devenir la coqueluche des critiques d’art. Elle exposait ce week-end au Salon Art Shopping du Carrousel du Louvre, à Paris.

Née à Bakou, Maryam Alakbarli  s’est intéressée très tôt à l’art. Et a eu la chance d’avoir des parents qui ont fait de son handicap un tremplin. Ils l’ont poussée à trouver une voix d’expression originale. La sienne. Unique. Elle a donc choisi la peinture, langage dans lequel elle peut traduire et transmettre au mieux ses émotions. A Deauville, ses toiles exposées à l’occasion du festival du film américain ont fait un tabac. Des portraits, des oeuvres non figuratives qu'elle peint dans son atelier parisien, tout près du jardin du Luxembourg.
 

https://videos.francetv.fr/video/NI_826931@Culture

Les couleurs de l'âme

« Ce qui me touche en premier lieu, c'est sa sincérité » déclare Jeannette Zwingenberger, commissaire de l'exposition. « Elle peint d'une manière très directe ses émotions. Elle possède un sens des couleurs inouï. »

Et c’est vrai que la couleur éclate, jaillit, dans les tableaux de Maryam Alakbarli. Anna, son amie et professeure de français s’en fait l’écho « La trisomie lui donne sans doute une vision particulière du monde, un surcroît de sensibilité. Mais ce qui la diffère restera toujours pour moi un mystère. Elle ne voit pas les mêmes couleurs que nous ».  
 
Portrait d'après Maryam Alakbarli

Portrait d'après Maryam Alakbarli

© Culturebox

En préface du catalogue de son exposition, l'actrice Juliette Binoche ne tarit pas d'éloges et lui promet un bel avenir. Une fondation pourrait même voir le jour, qui permettrait de reverser les bénéfices des ventes à des associations s'occupant de personnes, atteintes comme elle, de trisomie 21.