Emma Reyes : les couleurs de la Colombie en Périgord

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Publié le 30/11/2017 à 10H27
Une oeuvre d'Emma Reyes 

Une oeuvre d'Emma Reyes 

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

L'artiste colombienne Emma Reyes a légué avant de mourir près de 200 de ses toiles au MAAP, le musée d'art et d'archéologie du Périgord. L'exposition "Emma Reyes, peintre" rend hommage à celle que les artistes sud-américains de l'exil appelaient Mama Grande. Cette rétrospective accompagne la sortie en France de son livre de souvenirs "Lettres de mon enfance". A Périgueux jusqu'au 8 janvier 2018

Emma Reyes n'est pas aussi connue que son compatriote Fernando Botero, mais cette artiste colombienne décédée en 2003 a laissé une oeuvre colorée inspirée de la nature mais aussi des grottes de Lascaux, LE trésor de sa région d'adoption le Périgord.

Reportage France 3 Périgords : S. Bouwy / C. Rouher / F. Pele

https://videos.francetv.fr/video/NI_1132561@Culture

Tel Picasso, la première manière n'est pas la dernière manière. Elle (Emma Reyes) est toujours en mouvement, toujours en recherche. Elle est complètement en phase avec les différents temps de l'histoire de l'art. Quand le cinétisme arrive, elle travaille sur le cinétisme. Ce sont les grottes de Lascaux qui l'inspirent dans ce sens là.

Véronique Merlin-Langlade
Conservatrice du musée d'Art et d'Archéologie du Périgord

Emma Reyes est venue s'installer à Périgueux dans les années 60 après une enfance passée dans les quartiers pauvres de Bogota, des premiers pas d'artiste en Argentine, et après avoir exposé au Mexique avec Diego Rivera le mari de Frida Kahlo. Après avoir vécu à Washington, à Rome et en Israël, c'est donc dans le Périgord qu'elle a posé ses valises. C'est de ce nouveau camp de base qu'elle a beaucoup aidé les artistes sud-américains qui ont choisi l'exil. Ils la surnommaient Mama Grande. 
Couverture "Lettres de mon enfance" © DR

Emma Reyes s'est racontée dans un livre de souvenirs "Lettres de mon enfance" publié en Colombie en 2012 et qui sort cette semaine en France. Un livre qui a été immédiatement un phénomène en Colombie. Lu partout, étudié dans les écoles, il retrace le parcours singulier d'une artiste chaleureuse qui aimait partager sa passion pour l'art.