Dans l'atmosphère d'Ostende après-guerre : Edouard Pignon aux Beaux-Arts de Lyon

Par @Culturebox
Publié le 18/07/2017 à 13H04
Edouard Pignon "Ostende 1946-1953" MBA Lyon © Culturebox / Capture d'écran

Une trentaine de toiles et d’aquarelles de la série "Ostende" d'Edouard Pignon sont exposées à Lyon tout l’été. Une exposition qui fait suite au don de trois tableaux au musée des Beaux-Arts par le fils de l’artiste. A découvrir jusqu’au 28 août

Dans l’immédiat après-guerre, Edouard Pignon (1905-1993), peintre atypique et coloriste renommé, souhaite prendre ses distances avec la scène artistique parisienne et le "tout abstrait". Il séjourne à un peu à Collioure dans les Pyrénées-Orientales, puis au début de l’hiver 1946, part s’installer à Ostende en Belgique.

De la ville, il ne reste pratiquement rien. De nombreux édifices ont été détruits par les bombardements. Sauf le port et ses pêcheurs. Ici dans la solitude, il va profondément faire évoluer sa peinture. Un tournant décisif dans son œuvre qui ouvre la voie de la sérialité dans sa production.    

Reportage : V. Benais / L. Crozat / O. Bodson

https://videos.francetv.fr/video/NI_1034559@Culture

Pignon entre au MBA de Lyon

La majorité des œuvres exposées appartiennent à des collections privées et repartiront fin août. Mais trois tableaux vont demeurer dans les collections du musée. Trois grandes œuvres que le fils du peintre, Nicolas Pignon, a décidé de léguer au musée des Beaux-Arts de Lyon.

Il s’agit de deux toiles de la série, "Ostende blanc" (1948) et "Grand Ostende I" (1952-1953). La troisième œuvre est "L’Olivier noir" (1952), l’un des thèmes de prédilection du peintre au début des années 50, qui donnera plus tard, l’une de ses plus célèbres séries, les "Oliviers" (1958-1964).  

En plus de la trentaine de tableaux exposés, le musée présente également quelques céramiques, réalisées par Pignon à Vallauris, au début des années 1950, chez son ami Picasso.