Diaporama 11 photos, 1 vidéo
Par @Culturebox

"Biennale d'art Hors les Normes de Lyon" : hymne émouvant à l'art brut

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/10/2013 à 15H22

Art brut, singulier ou encore naïf, pendant 10 jours, l'art s'invite hors des sentiers battus. 27 lieux de l'agglomération lyonnaise exposent 150 artistes de renommée internationale, qui, présents sur place accueillent les visiteurs et partagent les secrets de leur création. Une expérience à vivre du 28 septembre au 6 octobre 2013.

  • Leon de Tidru
    01 /12
    Leon de Tidru
    Pour débuter la déambulation, le visiteur est accueilli à bras ouverts par Léon. Ce petit personnage de terre cuite est l'oeuvre de Tidru. Artiste installé en Ardèche, Tidru s'est pris d'affection pour ces bonshommes au ventre rond, qu'il affuble parfois d'une mitre d'évêque un peu lourde. Petites sculptures grimées de noire ou peinture affolée, l'oeuvre de Tidru interpelle tant pas sa beauté que par son univers étrangement rassurant. 
    © BHN
  • Visage de l'oubli par Sylvie Kyrial.
    02 /12
    Visage de l'oubli par Sylvie Kyrial.
    Sylvie Kyrial est une artiste de la région rouennaise. La série qu'elle présente pour la BHN raconte son histoire. La perte progressive de la mémoire, les souvenirs qui s'échappent. Les visages de l’effroi qui narrent cette envolée s’apaisent avec le temps. Sylvie Kyrial évoque avec pudeur le bruissement des mots qui s'étirent, laissant pour seuls cadeaux des images indélébiles. Cette nouvelle série est une succession d’autoportraits, lavés et recommencés, lavés, grattés encore et encore. L’image disparaît peu à peu, il ne reste que des traces Et progressivement ces traces forment le visage de Sylvie.
    © BHN
  • Eric Demélis
    03 /12
    Eric Demélis
    Bienvenue dans le monde interlope en noir et blanc de Demelis. Cet artiste grenoblois produit des dessins à l'encre de chine sur papier. Dans cet univers s'accumule des personnages étranges qui semblent nous raconter des histoires singulières. Parfois la couleur fait irruption dans le noir et blanc, renforçant encore la dramaturgie des décors. 
    © Eric Demélis
  • Les crucifix de Démélis
    04 /12
    Les crucifix de Démélis
    "No Death" La BHN présente aussi le travail insolite de Demelis et ses petits crucifix habillés de têtes de mort et de visages effarés. Une certaine manière de défier la grande faucheuse.
    © BHN
  • Corps singuliers
    05 /12
    Corps singuliers
    Au coeur du bloc, les corps singuliers. Les oeuvres de Sophie Ruttimann sont chargées de couleurs et de personnages éventrés. Artiste grenobloise, Sophie Ruttimann puise son inspiration dans son lieu de travail, le bloc opératoire où sont réalisés les prélèvements d'organes. Il y a donc des viscères, du sang, des organes en attente d'un autre corps, d'une autre vie. Sophie Ruttimann rend hommage aux médecins qui opèrent ces vie en suspens et à ces personnages en latence qui grace à d'autres vont survivre. Les yeux grands ouverts, chacun nous parle d'urgence.  
    © BHN
  • Le bestiaire imaginaire.
    06 /12
    Le bestiaire imaginaire.
    Hybridation, mise à nu, décortication de l’anatomie, Hélène Lagnieu est une artiste lyonnaise autodidacte. Son univers est tourné vers l'intérieur et le sauvage. Il investit le corps des femmes qui portent la vie. La maternité est un sujet récurrent chez cette artiste onirique et mystérieuse. Au carrefour de l'animalité et de la figure humaine, les oeuvres d'Hélène Lagnieu sont empreintes de poésie et de surnaturel. 
    © BHN
  • Mariée en fil de fer
    07 /12
    Mariée en fil de fer
    La Mariée était en blanc. Hélène Lagnieu présente également à la BHN des boites, sorte de cabinet de curiosité où le règne animal côtoie les chimères. Ses sculptures de papier, délicates et fragiles tels des êtres en suspension laissent l’imaginaire vagabonder vers les étoiles. 
    © BHN
  • Figures sorties du frimas
    08 /12
    Figures sorties du frimas
    Maina est une artiste bretonne qui travaille ses linogravures au pastel à l’huile et peaufine ses dessins au trait de crayon. Ses visages à la simplicité feinte et aux figures anthropomorphiques sont, comme dit Maina, « le reflet de l’humanité que chacun porte en soi ».
    © BHN
  • La galerie des Nanas
    09 /12
    La galerie des Nanas
    Allez en paix  Les poupées Martine Birobent nous parlent d'un pays lointain, le Canada. Avec son mari, ils ont créé un lieu à Danville (Quebec) où règne la bienveillance et la création. "La Galerie des Nanas" est la toute première galerie canadienne consacrée à l'art insubordonné féminin. Ne passez pas à côté de cette merveilleuse entreprise à la Biennale Hors Norme. Martine et Jean-Robert sont adorables et parlent de leur démarche avec passion
    © BHN
  • Les yeux ouverts.
    10 /12
    Les yeux ouverts.
    Les poupées de Martine Birobent sont présentes sur plusieurs lieux de la Biennale. Vêtues d'habits de crochets, Martine les trouve en brocante ou les récupère chez des particuliers. Visages muselés ou corps affublés de pénis, le travail de Martine Birobent nous parle de la condition de la femme aujourd'hui, interroge, suprend mais ne laisse pas indifférents. 
    © BHN
  • La Fresque Babel
    11 /12
    La Fresque Babel
    Christine Béglet arrive de Toulouse, mais elle pourrait tout aussi bien venir d'une planète aux multiples couleurs. L'oeuvre qu'elle présente est une fresque de 6 mètres environ faite entièrement de collages répétitifs. Images de ville en échos perpétuels. Attiré par des tâches de couleur le visiteur est rapidement hypnotisé par ces micro-sociétés, miroir multiples de villes uniques. 
    © BHN
  • https://videos.francetv.fr/video/NI_138811@Culture

    12 /12
    Diaporama Biennale Hors-les-Normes
    Créée à l'initiative de l'association la Sauce Singulière, la Biennale Hors Normes présente un foisonnement d'oeuvres étonnantes. Les artistes, ici présents, issus de divers milieux ont une démarche personnelle et intime empreinte de sensibilité qui va puiser au tréfonds de l'esprit et du corps. L'art brut n'a pas de frontières, il se fait en prison, il brise les chaines du handicap ou de toutes formes de différence. Les artistes sont des atomes libres, l'art est une utopie. La BHN est une réalité. La 5e BHN, 10 jours pour questionner la norme. A découvrir à l'Université Lyon II et Lyon III, au musée des moulages, à la chapelle de la Buissière de Rillieux-la-Pape, à la mairie du 8e, à la galerie la Rage....