Andy Warhol au Kunstmuseum de Bâle

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/09/2010 à 10H06
Andy Warhol au Kunstmuseum de Bâle

Andy Warhol au Kunstmuseum de Bâle

© Culturebox

L'exposition "Andy Warhol. The early sixties" au Kunstmuseum de Bâle, du 5 septembre au 23 janvier 2011, propose un autre regard sur l'artiste. Celui de ses débuts artistiques entre 1961 et 1964.  Ce moment où le roi de la publicité a basculé vers l'art.

https://videos.francetv.fr/video/NI_120439@Culture

"Andy Warhol. The early sixties" permet aux visiteurs d'admirer les fameuses boîtes de soupes Campbell et des portraits de stars comme Elvis Presley et Liz Taylor. De comprendre comment l'artiste s'est imposé en peintre vedette du tout New York. Nous sommes au début des années 60 et Andy Warhol n'est pas encore la star du pop art. Il est graphiste dans la publicité mais flirte déjà avec l'univers artistique. Quatre années, de 1961 à 1964, seront des années charnières de sa carrière. Une période qui va totalement modifier sa vie et sa perception de l'art.
Tout commence en 1961, avec la visite chez Leo Castelli, le marchand d'art le plus en vue de New York. Warhol, qui est aussi collectionneur, achète chez lui des oeuvres de Jasper Jones ou Frank Stella. Castelli montre alors à Warhol "La fille au ballon" de Roy Lichtenstein, une peinture directement inspirée d'une bande dessinée. "Je vais travailler comme ça" décide Andy Warhol. Ce qui intéresse fondamentalement Warhol, c'est la société dans laquelle il vit. Ses obsessions sont aussi celles de son époque, la mort, l'argent, la culture de masse, la célébrité. Très vite, il quitte le registre de la bande dessinée pour s'intéresser aux objets de consommation, la bouteille de coca, les soupes Campbell, avant d'arriver à la simple représentation du billet d'un dollar.
Il décline alors les portraits de Liz Taylor et d'Elvis, icônes selon lui de toute une société. Les motifs sont répétés, parfois par dizaines sur une même toile, comme un exorcisme ou une façon de banaliser l'acte de peindre. Et pour faire des multiples, il choisit la technique de la sérigraphie. Un moyen simple et bon marché. Là sera son coup de génie.
Ces quatre ans sont, pour les commissaires de l'exposition, fondamentalement révolutionnaires. Warhol introduit la mécanisation en peinture, la reproduction en masse.

A voir aussi sur Culturebox :
Les multiples mettent les oeuvres d'art à la portée de tous
- Les sentiers de la sculpture au Polo Club de Saint Tropez, à voir jusqu'au 30 septembre 2010.