Starzik, le site grenoblois qui met la culture à portée de clics

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/01/2014 à 19H13
Starzik.com, la plateforme française dans le top 3 mondial

Starzik.com, la plateforme française dans le top 3 mondial

© France3/Culturebox

Juste derrière iTunes et Amazon, c'est la troisième plateforme de téléchargement de contenus culturels au monde. L'entreprise grenobloise Starzik trace son sillon, petit à petit, sans faire de bruit. Fondée il y a 10 ans par deux amis audacieux, aujourd'hui le site propose plus de 20 millions de titres musicaux mais aussi des BD, des livres et des documentaires à télécharger légalement.

Reportage : J-C. Solari, A. Marnas, J-J. Picca

https://videos.francetv.fr/video/NI_141245@Culture

Lors de son ouverture en juin 2005, le site Internet avait pour principale activité le téléchargement légal de musique. Par la suite, la société a élargi son activité au téléchargement de films et de clips musicaux (en 2007); puis, en 2008, s’est lancée dans le téléchargement de jeux et logiciels informatiques. En 2008, le site proposait plus de 4 000 000 titres, attirait plus de 650 000 visiteurs uniques chaque mois, et distribuait plus de 30 000 labels (dont Universal, Sony Music, EMI, Warner, Scorpio, Wagram, etc.) provenant de plus de 90 pays.
Respectueuse des artistes et de leurs créations, en plus de son activité commerciale, la plateforme iséroise offre aussi un autre service : Mystarzikshop. Créé en décembre 2006, ce service communautaire prend en charge la distribution, la promotion et la vente de musique MP3 (sans Gestion de Droits Numériques) d'artistes non connus, autoproduits ou sous des label indépendant.
 
Grenoble, la Silicon Valley à la Française ?
La communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole s'est forgé, en 20 ans, une image d'excellence dans l'univers pourtant très concurrentiel des Recherches et Développements. A l'origine de cette situation : un écosystème spécifique dans cette vallée où universités, laboratoires de recherche, start-up, équipementiers, sous-traitants et grands groupes travaillent ensemble. Ce terreau favorable s'est enrichi au fil des années de trois universités, d'écoles d'ingénieurs, de 200 laboratoires représentant 15 000 emplois, de sociétés innovantes créées localement et devenues des leaders mondiaux. Depuis le début des années 2000, Grenoble a surtout bénéficié de la création de Nanotec, un centre qui a cristalisé 2,8 milliards d'euros d'investissements pour développer les puces du futur. Autre site important et incontournable : Minatec. Ce pôle est consacré aux micro et nanotechnologies (1,3 milliard d'euros d'investissements, 3 500 emplois).
Grenoble, la Silicon Valley des Alpes