Alain Soral condamné à du sursis pour des caricatures antisémites sur son site

Par @Culturebox
Publié le 21/12/2017 à 16H35
Alain Soral (archives avril 2009)

Alain Soral (archives avril 2009)

© Chamussy / Sipa

L'essayiste d'extrême droite Alain Soral a de nouveau été condamné par la justice, cette fois par le tribunal de Bobigny, qui lui a infligé jeudi six mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende pour avoir publié des caricatures antisémites sur son site internet.

Le tribunal correctionnel a aussi ordonné à Alain Bonnet, dit Soral, de publier cette condamnation pour incitation à la haine raciale sur la page d'accueil de son site "Égalité et réconciliation".

L'auteur des caricatures, Pascal Fernandez, dit Zéon, a écopé pour sa part de 3000 euros d'amende. Tous deux étaient absents lors du rendu de la décision.

Le parquet de Bobigny avait requis trois mois de prison ferme dans ce procès qui faisait suite à un signalement de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), rattachée au Premier ministre. "Combinée à la suppression des comptes Facebook d'Alain Soral, cette décision témoigne de la cohérence de l'action des pouvoirs publics afin que cesse l'impunité des discours de haine sur internet", a réagi auprès de l'AFP le délégué interministériel, Frédéric Potier, en "invitant tous les acteurs du numérique à assumer leurs responsabilités."

Une caisse pleine de billets surmontée de l'entrée du camp d'Auschwitz

Sur l'un des dessins publiés, on voit une caisse enregistreuse remplie de billets de banque et surmontée de la porte d'entrée du camp d'Auschwitz, avec le chiffre de six millions affiché, en référence au nombre de juifs exterminés par les nazis. Zéon, le dessinateur incriminé, avait été distingué lors d'un "concours international de dessin de caricatures sur la Shoah" organisé par une structure iranienne (Actu BD en parlait en juin 2016).

Début décembre, Alain Soral, 59 ans, déjà condamné plusieurs fois, s'était vu infliger à Paris une amende de 6000 euros pour avoir publié et mis en vente sur son site une affiche jugée négationniste, diffamatoire et incitant à la haine envers les juifs.