Révélation du festival des textiles: Daverton bouscule les rapports Homme-femme

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/09/2012 à 16H18
Portraits de la série "On ne choisit pas sa famille"

Portraits de la série "On ne choisit pas sa famille"

© Yannick Daverton

Yannick Daverton bouscule les clichés vestimentaires pour mieux questionner les rapports homme-femme. À la fois styliste, plasticien et photographe, ce jeune artiste du Puy-de-Dôme est l’une des révélations du festival international des textiles extraordinaires, qui a lieu à Clermont-Ferrand du 12 au 16 septembre 2012.

Daverton n'habille pas ses modèles, il les transforme en personnages fantastiques, presque monstrueux... Les clichés dérangent : est-ce une femme ou un homme qui se cache sous cette abondance de tissus ? L'artiste questionne : le vêtement sert-il la domination masculine dans nos sociétés ?

Aussi fascinante que repoussante, la série de portraits baptisée "On ne choisit pas sa famille" est une oeuvre audacieuse. Elle s'associe parfaitement à son installation "L'effeminé", inspirée de la mère de l'artiste, femme seule ayant élevé deux enfants tout en travaillant à l'usine. Une bétonnière rose remplie de linge raconte ainsi l'histoire familiale.

Découvrez en vidéo l'installation de Yannick Daverton à la Chapelle des Cordeliers :

https://videos.francetv.fr/video/NI_132519@Culture

 

Son travail photographique réalisé avec des lycéens clermontois d'après le tableau "Les Saltimbanques" de Gustave Doré paraît moins hermétique. Dans l'objectif de Yannick Daverton, le vêtement devient essentiel au mouvement et donne vie à ces étranges personnages de cirque. Attention, jeune talent à suivre !

Les Saltimbanques de Gustave Doré revisités

Les Saltimbanques de Gustave Doré revisités

© Yannick Daverton