Les Folies Bergère dispersent 30 ans de costumes de revues

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/06/2012 à 15H27
  • Affiche + costume de la revue « Nuits de Folies ». 2003 (à droite)
  • Revue « Folies je t’adore » Tableau Deauville. 1977
  • Revue « Folies de Paris » Tableau « Bijoux ». 1982
  • Jupe parapluie rose décor pompons et bustier dentelle rose
  • Costume et manteau d’apparat porté par la meneuse de revue
  • Costumes du Franch Cancan
  • Ensemble de chapeaux et parures
  • Revue "Folie, je t'adore", de 1977 à 1982
  • Erté « Etude de costume ». Chanteuse, gouache sur papier
  • Erté « Etude de costume ». Aquarelle et gouache sur papier
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Affiche + costume de la revue « Nuits de Folies ». 2003 (à droite)
    Affiche + costume de la revue « Nuits de Folies ». 2003 (à droite) © Les Folies Bergères
  • Revue « Folies je t’adore » Tableau Deauville. 1977
    Revue « Folies je t’adore » Tableau Deauville. 1977 © Les Folies Bergères
  • Revue « Folies de Paris » Tableau « Bijoux ». 1982
    Revue « Folies de Paris » Tableau « Bijoux ». 1982 © Les Folies Bergères
  • Jupe parapluie rose décor pompons et bustier dentelle rose
    Jupe parapluie rose décor pompons et bustier dentelle rose © Les Folies Bergères
  • Costume et manteau d’apparat porté par la meneuse de revue
    Costume et manteau d’apparat porté par la meneuse de revue © Les Folies Bergères
  • Costumes du Franch Cancan
    Costumes du Franch Cancan © Les folies Bergères
  • Ensemble de chapeaux et parures
    Ensemble de chapeaux et parures © Les Folies Bergères
  • Revue "Folie, je t'adore", de 1977 à 1982
    Revue "Folie, je t'adore", de 1977 à 1982 © Les Folies Bergères
  • Erté « Etude de costume ». Chanteuse, gouache sur papier
    Erté « Etude de costume ». Chanteuse, gouache sur papier © Les Folies Bergères
  • Erté « Etude de costume ». Aquarelle et gouache sur papier
    Erté « Etude de costume ». Aquarelle et gouache sur papier © Les Floies Bergères

Du 8 au 11 juin est vendue la collection d’Hélène Martini. Surnommée «L’Impératrice de la nuit», elle a dirigé de nombreux cabarets parisiens. "Ventes de folie" : c'est la dispersion de 6.000 costumes des spectacles des Folies Bergère. Des plumes, des paillettes, travaillées à la main dans les ateliers du music-hall de 1970 à 2000. S’ajoutent à ces costumes, des dessins d’Erté, des éléments de décors, des programmes et des affiches. Une occasion unique de pimenter votre dressing de pièces uniques, originales et créatives.

Les Folies Bergère est l’un des plus prestigieux music-halls du monde, crée à Paris en 1886. Hélène Martini, qui a été l’âme des Folies Bergères pendant plus de 30 ans, a confié la dispersion de sa collection à la maison de ventes parisienne Bailly-Pommery & Voutier. Elle a dirigé la Comédie de Paris, les Bouffes Parisiens, le Raspoutine, le Shéhérazade, le Mogador et les Folies Bergère à partir de 1974, avant de les céder en novembre 2011 au Groupe Lagardère.

Le spectacle "Folies chéries" de 1961 à 1964

6.000 costumes datant de 1974 à 2000
Près de 6.000 costumes de spectacles, de plumes et de paillettes, confectionnés dans les ateliers des Folies Bergère, font revivre les revues créées entre 1974 et 2000. A cet ensemble s’ajoutent une centaine d’affiches, des programmes qui retracent un siècle de spectacles, des partitions de musiques originales créées pour les spectacles des Folies Bergère et des dessins d’Erté, dessinateur qui travailla avec Paul Poiret avant de collaborer avec Hélène Martini pour la décoration et les costumes.

13 lettres et le mot Folie, telle était la règle imposée pour le nom des spectacles par Paul Derval, devenu directeur des Folies Bergère en 1918, et qui a régné pendant plus d’un demi-siècle jusqu’à sa mort en 1966. Pour concurrencer le Casino de Paris, il porte l’effort sur le faste des costumes, les décors et les effets de mise en scène. En 1974, Hélène Martini (dont le nom est composé de 13 lettres) devient la 13e directrice des Folies Bergères. Cette vente nommée « Ventes de folie » porte les 13 lettres symboliques chères au superstitieux Paul Derval qui, dans les années 20, insuffla un style fait d’une débauche de costumes, de décors, d'effets de mise en scène, destinés à mettre en valeur sa troupe de « petites femmes nues ».

Le spectacle "Shererazade" en 2011

3 jours pour s’offrir un peu de folie à conserver précieusement dans son dressing !
Corsets, chapeaux, plumes, dentelles, paillettes, chaussures, froufrou, sont proposés des 20€, les prix ne dépassant pas quelques centaines d’euros. Robes à crinoline, tenues de french cancan, costumes de stars mais également grands manteaux de revue ou robes de soirée pailletées, capes et redingotes pour les hommes... la qualité et la créativité des costumes montrent à quel point les revues des Folies Bergère étaient dignes des défilés des plus grands couturiers, les danseurs et danseuses étant vêtus d’étoffes chatoyantes, de plumes et de fourrures. Près de 170 personnes y travaillaient quotidiennement pour la création de spectacles de féerie où les costumes devaient refléter le rêve et la joie de vivre.

« Avec 6 crinolines, j’occupe la scène » disait Michel Gyarmathy, à la fois scénariste, metteur en scène et décorateurs des Folies pendant 56 ans.

https://videos.francetv.fr/video/NI_483187@Culture

Ventes de Folie. Salle des ventes Palais Brongniart. Place de la Bourse, 75002 Paris. Expositions les 8 juin 16h-18h30, 9 juin 10h-17h30 et 10 juin 10h-13h. Ventes aux enchères : les 9 juin à 17h30 et 10