Le grand retour du Lindy Hop, précurseur 30's du rockn'roll

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/09/2016 à 17H57
Une séance de Lindy Hop

Une séance de Lindy Hop

© France 3 / Culturebox

Dans la grande tendance du retour aux danses à deux, voici que ressurgit le Lindy Hop. Entre rock et be-bop, il se dansait dans les caves de Harlem dans les années 30 et 40. Dans toute la France, de plus en plus de jeunes redécouvrent cette danse fraîche et dynamique qui se pratique sur des airs de jazz.

C'est la tendance. Alors que depuis de nombreuses années, les danses de couple disparaissaient au profit de trépidations solitaires, le Tango, la Salsa et maintenant le Lindy Hop reprennent de la vigueur. Si les deux premières danses citées, d'inspiration latino sont aujourd'hui bien connues, le Lindy Hop, est pour l'instant plus discret. Mais ça ne va sans doute pas durer. Précurseur du rock'nroll, cousin du be-bop, il se dansait à deux dans les clubs de Harlem sur de airs de jazz interprétés par des orchestres vivants au swing inégalé tels que ceux de Duke Ellington, Count Basie ou du blanc Benny Goodman. Une première vague de Lindy Hop avait submergé la Paris de l'immédiat après-guerre en provenance des plages du Débarquement, arrivée dans la capitale en même temps que les libérateurs américains. Dans les années 50, Bill Haley et ses Comets allaient porter le premier coup fatal au Lindy Hop en imposant le rockn'roll avec son Rock Around The Clock. Le rockn'roll allait le pousser aux oubliettes où quelques fêtards bien inspirés viennent de le retrouver.


Reportage : Berthier / M. Savineau / D. Turpin / E. Rassa / F.  Mazzega

https://videos.francetv.fr/video/NI_797709@Culture

De plus en plus de pratiquants

Très sportive et technique, et se pratiquant sur un tempo très rapide, cette danse aux origines noires gagne aujourd'hui du terrain en France où de nombreuses formations se sont ouvertes. Elles connaissent un franc succès. Le Lindy Hop renoue avec une pratique de la danse conviviale, spectaculaire et franchement pleine de gaieté. Et puis, osons l'oxymore : danser à nouveau en couple, voilà un retour en arrière qui marque un vrai progrès.