Le bestiaire des street artistes Teuthis et Runs au Muséum-aquarium de Nancy

Mis à jour le 22/11/2018 à 11H03, publié le 21/11/2018 à 14H16
Le street artiste Runs habille ses possons d'objets du quotidien

Le street artiste Runs habille ses possons d'objets du quotidien

© France 3 culturebox

Ils ont pour habitude d'habiller les murs de la rue d'animaux marins fantastiques. Teuthis et Runs, deux street artistes ont franchi les portes du Muséum Aquarium de Nancy pour exposer certains de leurs collages.

Dans l'eau et depuis quelques jours sur les murs, le muséum aquatique de Nancy accueille des animaux étonnants. Un bestiaire imaginé par les deux street artistes : Teuthis et Runs. Le premier vient du Havre. Ses dessins hyperréalistes sont proches du monde scientifique. Le second est nancéen. Entre les écailles et les nageoires, ses poissons transportent des objets du quotidien. L'exposition mêle leurs deux univers. 

Anonymat préservé

Caché derrière l'une de ses oeuvres, Teuthis témoigne : "J'essaye de déployer toutes les parties de l'espèce pour qu'on voit tous les détails : la nageoire, les pattes, les dents, les écailles et une fois que j'ai quelque chose qui me paraît équilibré, j'ajoute mon grain de couleur, mon grain de ligne". Attaché lui aussi à préserver son anonymat, Runs poursuit : "J'ai rencontré Teuthis au Havre avant l'exposition et vu que je récupère pas mal de choses, j'ai récupéré des plans de cartes marines. J'ai dessiné dessus. La texture des plans fait les couleurs. Ça peut peut-être parler de voyage ou de territoire."

Teuthis et Runs ont mélangé leurs univers.

Teuthis et Runs ont mélangé leurs univers.

© France 3 culturebox

Les deux artistes ont été invités par le Mur, une association nancéenne qui cherche à promouvoir l'art urbain. L'entrée du street art dans les musées n'est pas nouvelle, mais elle continue de surprendre. Julien Pesce, l'un des fondateurs de l'association, assume ce choix : "On voit qu'ils ont l'habitude de travailler dans la rue car les formats ne leur font pas peur. C'est vrai qu'on arrive à quelque chose de beaucoup plus académique ici, mais avec les méthodes d'artistes de rue."