A l'approche de la FIAC, la ministre Françoise Nyssen veut faire briller l'art contemporain

Par @Culturebox
Publié le 17/10/2017 à 16H39
Françoise Nyssen espère développer l'art contemporain français, notamment en luttant contre la précarité des artistes. 

Françoise Nyssen espère développer l'art contemporain français, notamment en luttant contre la précarité des artistes. 

© JULIEN MATTIA / NURPHOTO

L'un des rendez-vous culturels majeurs de l'automne à Paris, la Foire internationale d'art contemporain (FIAC) ouvre ses portes le 19 octobre. A cette occasion, la ministre de la culture, Françoise Nyssen, a expliqué dans un entretien au magazine "Beaux-Arts" vouloir faire de la France "une place forte de l'art contemporain" tout en soutenant "la notoriété de ses artistes à l'étranger".

"Nous devons aussi accueillir davantage d'artistes étrangers en France", soutient la ministre, rappelant que le marché français ne représente que 4% du marché mondial de l'art. "Les ponts sont toujours à double sens", dit encore Françoise Nyssen qui doit inaugurer mercredi la Fiac (Foire internationale d'Art contemporain) à Paris.

Remédier à la précarité des artistes 

Pour développer la présence française, la ministre veut "accroitre la visibilité des professionnels français dans les foires ou les biennales contemporaines" et "développer les résidences d'artistes à l'étranger", à l'instar de la Villa Médicis, grâce notamment au mécénat.
Créée en 1666 par Louis XIV, l'Académie de France à Rome, à la Villa Médicis est un exemple de lieu d'accueil d'artistes à l'étranger. 

Créée en 1666 par Louis XIV, l'Académie de France à Rome, à la Villa Médicis est un exemple de lieu d'accueil d'artistes à l'étranger. 

© LEEMAGE

Françoise Nyssen juge également nécessaire de se pencher sur "les conditions de travail des artisans-auteurs dont beaucoup demeurent en situation de grande précarité". "Nous devons réfléchir avec eux à leur protection sociale; à leur insertion professionnelle; à leur cadre de travail ; à l'accompagnement de leur trajectoire au long cours", dit-elle.