Une Joconde dix ans plus jeune présentée à Genève

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/09/2012 à 17H14
La Joconde du Louvre et la Joconde de Zurich.

La Joconde du Louvre et la Joconde de Zurich.

© Mona Lisa Foundation / AFP

Une version antérieure et controversée de la célèbre Joconde de Leonard de Vinci a été présentée jeudi à Genève par la Mona Lisa Foundation, une association basée à Zurich.

Le tableau, gardé pendant près une quarantaine d'années dans un coffre en Suisse, a été présenté à la presse dans un palace de la ville.

La Mona Lisa Foundation a également présenté les résultats de 35 ans de recherche et une batterie de tests scientifiques qui certifient que "le tableau a été peint par Leonardo à peu près 10 ans avant sa célèbre soeur, accrochée au Musée du Louvre", considérée comme le chef-d'oeuvre de Léonard de Vinci réalisé entre 1503 et 1519.

Le même modèle mais 10 ans plus jeune
Il représente une "Mona Lisa" plus jeune que celle accrochée au Musée du Louvre, et selon la Fondation suisse, il a été peint 10 ans avant la Joconde par Leonard de Vinci, et représente la même femme, mais avec 10 ans de moins.

A l'appui de ses dires, la Fondation indique avoir rassemblé les "preuves historiques, comparatives et scientifiques qui démontrent qu'il y a toujours eu deux portraits de la Mona Lisa par Leonard de Vinci, +la version antérieure+ et +La Joconde+".

La Fondation a publié le même jour un livre de 320 pages, intitulé "Mona Lisa, la version antérieure", qui rassemble les preuves, selon ses auteurs, démontrant que cette version antérieure a bien été peinte par le Maître.

De gros doutes subsistent
Pour autant, de nombreux experts sont sceptiques sur l'antériorité et même sur l'auteur du portrait et estiment en "off" que cette opération pourrait n'avoir été orchestrée qu'à seule fin de faire grimper la cote du tableau.

Face à la bataille de spécialistes en perspective, la Fondation a invité tous les experts de Leonardo da Vinci à venir voir le tableau, notamment ceux qui mettent en doute le fait qu'il est l'auteur de cette Mona Lisa, comme le professeur Martin Kemp, professeur émerite à Oxford. 

Selon ce dernier, les images de ce tableau produites par infrarouge et par rayons X "ne comportent pas toutes les caractéristiques des tableaux identifiés de Leonardo". M. Kemp
met également en doute l'antériorité de cette peinture par rapport à la Joconde  du Louvre, soulignant que cette version "était conforme à l'état final de la peinture du Louvre - qui avait subi des changements appelés aussi "repentirs" - et par conséquent elle ne pouvait précéder la peinture du Louvre".

Plus tôt cette année, à l'occasion de l'exposition sur la Sainte Anne de Leonard de Vinci restaurée, le musée du Louvre avait exposé une copie de la Joconde conservée au musée du Prado de Madrid. Cette copie est pour l'instant la seule à être considérée comme une version précoce, exécutée dans l'atelier du maître.

A qui appartient ce nouveau tableau ?
Le tableau présenté à Genève jeudi appartient aujourd'hui à un consortium international, dont les membres veulent rester anonymes, et présidé par David Feldman, un commissaire priseur.

Le consortium a acheté le tableau en 2003 aux héritiers d'Elisabeth Meyer, la compagne du collectionneur d'art Henry Pulitzer, lointain cousin de Joseph Pulitzer, créateur du prix éponyme. Henry Pulitzer a acheté le tableau en 1962, après avoir vendu de nombreux biens mobiliers et immobiliers pour se l'offrir.

Après l'avoir acheté, il a déposé le tableau dans un lieu sûr, un coffre-fort en Suisse. A sa mort, en 1979, il a légué le tableau à sa compagne Elisabeth Meyer, le consortium l'a acquis en 2008 après la mort de cette dernière.

Reportage de la rédaction de France 2 à Genève avec l’interview de l’historien Stanley Feldman :

https://videos.francetv.fr/video/NI_132923@Culture

(J. Mimouni/N. Anton)