Quand les collectionneurs exposent au musée des Beaux-Arts d'Angers

Par @Culturebox
Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Publié le 04/01/2018 à 17H07
"Collectionner, le désir inachevé"

"Collectionner, le désir inachevé"

© France 3 / Culturebox

Avec "Collectionner, un désir inachevé" le musée des Beaux-Arts d'Angers accueille une exposition singulière. Les collectionneurs de la région ont été invités à dévoiler au grand public quelques unes de leurs acquisitions. De la peinture abstraite d'après-guerre à l'art contemporain d'Asie du Sud-Est, ces amateurs d'art donnent à voir leur passion et leur engagement en faveur de la création.

Acheter une oeuvre d'art c'est s'assurer un plaisir visuel au quotidien mais c'est aussi participer à la création en encourageant l'artiste. Alain Le Provost le sait bien, atteint de "collectionnite" il possède une centaine d'oeuvres inspirées de son artiste préféré Marcel Duchamp. Alors quand il déambule au milieu de ses tableaux accrochées aux murs du musée des Beaux-Arts d'Angers il ne cache pas son bonheur: "Ça fait plaisir parce que mon but c'est de défendre toute la jeune génération d'artistes en faisant des acquisitions, en aidant à la production d'oeuvres. Voir qu'un public nombreux vient les découvrir c'est le but, la seule raison pour laquelle on collectionne"

Reportage France 3 Pays de la Loire : M. Khiat / G. Rihet / C. Mijeon

https://videos.francetv.fr/video/NI_1155425@Culture


Ce côté militant du collectionneur, on le retrouve chez Jean-Pierre Arnaud. Cela fait près de 40 ans qu'il achète des tableaux. Un temps, il avait même créé une association de collectionneurs. Lui aussi est heureux de partager sa passion : "On n'est pas propriétaires des oeuvres on en est les dépositaires. Donc ce qui est important c'est l'idée que ça puisse circuler et surtout que ça puisse donner des clés de lecture". 
 

Autant de collectionneurs autant de centre d'intérêts. Le public du musée des Beaux-Arts navigue de la peinture abstraite d'après-guerre à l'art conceptuel inspiré par Duchamp en passant par une collection radicale centrée sur les oeuvres du collectif  Art & Language fondé en 1968 à Coventry. Il fait fait aussi une incursion dans l'art contemporain d'Asie du Sud-Est.