Paris 1900, l'insouciance de la Belle époque au Petit Palais

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/05/2014 à 17H55
René François Xavier Prinet, "Le Balcon", 1905-1906,  Huile sur toile, 161,2 x 191,7 cm

René François Xavier Prinet, "Le Balcon", 1905-1906,  Huile sur toile, 161,2 x 191,7 cm

© Musée des Beaux-arts de Caen. Martine Seyve photographe - ADAGP, Paris 2014

Jusqu’au 17 août , le Petit Palais fait revivre l’insouciance et l’effervescence de la Belle époque avec une exposition intitulée « Paris 1900, la ville spectacle ». A travers plus de 600 œuvres, c’est l’occasion de replonger dans l’atmosphère d’une capitale en pleine mutation, magnifiée par l’Exposition universelle. Mode, technologies, cinéma, peinture... Paris était alors le centre du monde.

Reportage : C. Airaud, Y. Moine / L. Palmer 

https://videos.francetv.fr/video/NI_147671@Culture

De tous les bâtiments parisiens, le Petit Palais était peut-être le plus à même de recevoir cette exposition dédiée au Paris de la Belle époque. L’architecte Charles Giraud imagina ce lieu, en voulant lui donner «  l’apparat et la dignité d’un palais officiel », pour l’Exposition universelle de 1900. C’est toute la ville qui fut transformée par cet évènement unique. Métropolitain, gares d’Orsay et des Invalides, pont Alexandre III... de nombreux travaux modifièrent l’urbanisme parisien car il fallait faciliter les déplacements de 51 millions de visiteurs dans les 120 hectares de l’Exposition.
Paris expo universelle © DR
Mais le Paris de la Belle époque ne se résume pas à l’Exposition universelle. La scénographie imaginée par Philippe Pumain s’organise autour de plusieurs pavillons qui déclinent chacun un thème : l’Art Nouveau (Gallé, Mucha, Lalique, Guimard..) , les Beaux-Arts où se confrontent  les courants artistiques (Académisme, impressionnisme, symbolisme), la mode, la vie nocturne,  le Paris des divertissements et des plaisirs charnels...Dans les couloirs qui permettent de passer d'une salle à l'autre, on découvre des images de l'époque filmées par les Frères Lumières.
Henri de Toulouse-Lautrec, "Marcelle Lender dansant le boléro dans Chilpéric", 1895-1896. Huile sur toile ; 145 × 149 cm. Washington, National Gallery of Art, collection of Mr and Mrs John Hay Whitney

Henri de Toulouse-Lautrec, "Marcelle Lender dansant le boléro dans Chilpéric", 1895-1896. Huile sur toile ; 145 × 149 cm. Washington, National Gallery of Art, collection of Mr and Mrs John Hay Whitney

© Bridgeman Giraudon
Vu la morosité ambiante et les discours qui nous parlent d’une France en panne d’idées, on a qu’une hâte : aller se plonger dans l’exposition du Petit Palais et dans ce Paris de la Belle époque qui semblait être celui de tous les possibles. 

"Paris 1900, la ville spectacle" au Petit Palais avenue Winston-Churchill, Paris 8e. Tél. : 01-53-43-40-00. Du mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures, jeudi jusqu'à 20 heures. Entrée : de 8 € à 11 €. Jusqu'au 17 août.