"On l'appelait Chocolat", une exposition hommage à l'artiste sans nom

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/02/2016 à 14H42
Chocolat /Rafael Padilla : un destin hors-norme qui raconte aussi ce qu'était l'état d'esprit de la France du 19e siècle 

Chocolat /Rafael Padilla : un destin hors-norme qui raconte aussi ce qu'était l'état d'esprit de la France du 19e siècle 

© BNF

"Chocolat", alias Rafael Padilla, c’est depuis le 3 février un film de Roschy Zem avec Omar Sy mais c’est aussi une exposition proposée à la Maison des Métallos à Paris jusqu’au 28 février. Composée d’archives de l’époque, "On l’appelait Chocolat" retrace l’histoire singulière de cet ancien esclave devenu le premier artiste noir ayant connu la célébrité en France.

Si Rafael Padilla est mort dans la misère et l’oubli en 1917 à Bordeaux, il retrouve aujourd’hui le feu des projecteurs : le film de Roschdy Zem, une exposition et un livre de Gérard Noiriel rendent hommage à cet homme au destin hors-norme.

Présentée à la Maison des métallos à Paris et intitulée "On l’appelait Chocolat, sur les traces d’un artiste sans nom", l’exposition retrace son parcours grâce à de nombreux documents : affiches, photographies, extraits de journaux et de films, caricatures, images publicitaires, documents sonores... présentés pour la première fois au grand public.

Reportage : V. Delahautemaison / A. Marguet / E. Riou

https://videos.francetv.fr/video/NI_619990@Culture

Le travail d'un historien

Si l’histoire du clown Chocolat est médiatisée aujourd’hui, c’est en partie grâce à Gérard Noiriel, un historien, spécialiste de l’histoire de l’immigration et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). En 2009, il a écrit un spectacle intitulé "Chocolat clown nègre", mis en scène par Marcel Bozonnet. Ce spectacle, produit par la Maison de la Culture d’Amiens et qui a tourné dans toute la France, a été suivi en 2012 par la sortie d’un premier ouvrage éponyme, "Chocolat clown nègre", signé Gérard Noiriel et paru aux Editions Bayard.
Tout ce travail a attiré l’attention du producteur Mandarin Cinéma avant de donner naissance au film de Roschdy Zem sur lequel Gérard Noiriel a travaillé en tant que conseiller scientifique. Pour accompagner la sortie du long-métrage, l'historien a signé une biographie de l’artiste intitulée "Chocolat la véritable histoire d'un homme sans nom" (Ed. Bayard) qui rappelle que le clown n’a jamais eu d’état civil et qu’il fut enterré à Bordeaux dans une fosse commune, sous le nom de Rafael Padilla.
Anonyme, Chocolat dans ses scènes comiques, publicité pour le Bon Marché (1911)

Anonyme, Chocolat dans ses scènes comiques, publicité pour le Bon Marché (1911)

© BnF
Gérard Noiriel est également commissaire de l’exposition proposée à la Maison des métallos jusqu’au 28 février et qui devrait être itinérante. Elle témoigne de  l’important travail de recherches mené par l’historien à travers le collectif Daja qui développe de nouvelles alliances entre chercheurs et artistes, au théâtre comme au cinéma.
Affiche Expo Chocolat Maison de s métallos

© DR
Une rencontre avec Gérard Noiriel est organisée le vendredi 4 février à 19h00. Entrée libre mais réservation conseillée.